Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Stellantis se tourne vers la Chine pour offrir des véhicules électriques abordables

Carlos Tavares de Stellantis et Zhu Jiangming de Leapmotor | Photo : Leapmotor
Le meilleur taux d'intérêt
Daniel Rufiange
La compagnie annonce un partenariat avec Leapmotor, fabricant chinois de VÉ.

•    Stellantis forme un partenariat avec l’entreprise chinoise Leapmotor, fabricant de véhicules électriques abordable.

On le sait, car ses dirigeants l’ont répété à plusieurs reprises : Stellantis a comme objectif d’offrir des véhicules électriques plus abordables. 

Pour faire un pas dans cette direction, la firme se tourne maintenant vers la Chine. En effet, elle est en train de former un partenariat stratégique global avec Leapmotor, une entreprise chinoise créée en 2015 et qui fabrique des véhicules électriques. L’année dernière, celle-ci a écoulé quelque 111 000 unités sur le marché local. 

La semaine dernière, Stellantis annonçait qu’elle allait investir 1,5 milliard d’euros pour acquérir une participation de 20 % dans Leapmotor. Cette opération fera de Stellantis un actionnaire clef de cette entreprise, aux côtés de Shanghai Electric Group et de Sequoia Capital.

Stellantis et Leapmotor vont également former une entreprise commune nommée Leapmotor International. La participation de Stellantis sera de 51 % avec ce nouveau groupe. La coentreprise sera responsable de la production, de l’exportation et de la vente de véhicules Leapmotor à l’extérieur de la Chine. Les premières exportations sont prévues pour la deuxième moitié de 2024. Elles auront lieu du côté de l’Europe.

Le Leapmotor C10
Le Leapmotor C10 | Photo : Leapmotor

Parmi les premiers modèles qui seront exportés, on va retrouver le Leapmotor C10, un VUS électrique qui a été présenté en septembre au Salon de l’auto de Munich.

De plus, Stellantis et Leapmotor ont déclaré qu’elles étaient ouvertes à l’exploration de nouvelles synergies qui pourraient potentiellement conduire au partage de plateformes et au développement conjoint de modèles. Volkswagen et la firme chinoise Xpeng ont conclu un accord du genre en juillet dernier. 

En annonçant l’accord avec Leapmotor, Carlos Tavares, le grand patron de Stellantis, a déclaré qu’il s’attendait à une consolidation des marques chinoises de véhicules électriques dans les années à venir et que seule une « poignée d’acteurs efficaces et agiles » parviendrait à dominer le marché chinois, dont Leapmotor, selon lui.

Pourrait-on voir des véhicules Leapmotor rapidement en Amérique du Nord ? Rien n’est certain, car aux États-Unis, des droits de douane élevés touchent les véhicules fabriqués en Chine. Ce n’est pas le cas en Europe. Il faudrait que les modèles soient produits en sol américain, idéalement, pour retrouver des prix abordables. (En début d’année, Carlos Tavares expliquait que les constructeurs européens allaient être confrontés à un défi important en provenance de la Chine, en raison des coûts de production moins élevés là-bas.)

Le Leapmotor C11
Le Leapmotor C11 | Photo : Leapmotor

Les constructeurs étrangers perdent des parts de marché en Chine, qu’ils dominaient autrefois, principalement en raison du manque d’offres de véhicules électriques. Les constructeurs chinois ont accaparé 53 % des ventes en Chine lors de la première moitié de 2023, selon l’Association chinoise des constructeurs automobiles.

Chose certaine, à un moment donné, pour que le virage électrique devienne complet et total, ça va prendre des véhicules abordables. Il serait faux de penser que tous peuvent se payer des véhicules à 40 000 $, 50 000 $ ou 60 000 $, au minimum, surtout que plusieurs n’ont jamais acheté un véhicule neuf de leur vie.

Daniel Rufiange
Daniel Rufiange
Expert automobile
  • Plus de 17 ans d'expérience en tant que journaliste automobile
  • Plus de 75 essais réalisés au cours de la dernière année
  • Participation à plus de 250 lancements de nouveaux véhicules en carrière en présence des spécialistes techniques de la marque