Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Un premier circuit routier canadien en 25 ans est aménagé près d'Ottawa

Un premier circuit routier canadien en 25 ans est aménagé près d'Ottawa

Par ,

CALABOGIE, Ontario - Au dire de John Hamilton, vice-président des ventes et du marketing du Calabogie Motorsports Park, qui a récemment ouvert ses portes, l'une des décisions les plus sages qui a été prise lors du développement a été de faire appel au meilleur designer de circuits routiers en Amérique du Nord, Alan Wilson.

«Quand nous avons rencontré Alan la première fois, il a essayé pendant trois jours de nous convaincre de ne pas aménager un circuit. Puis, il a été très clair sur le type de clientèle que nous devrions et ne devrions pas cibler avec un tel circuit», a-t-il expliqué lors de la grande cérémonie d'ouverture du circuit, situé à 45 minutes à l'ouest d'Ottawa, près du centre de ski et de golf de Calabogie.

(Photo: PicSphere)
Formée de conducteurs passionnés et d'administrateurs chevronnés, l'équipe responsable du Calabogie Motorsports Park veut attirer les clubs automobiles et les écoles de conduite, en plus d'organiser des lancements médiatiques de véhicules et des journées d'essais pour des membres de compagnies.

Étant donné que le Mosport International Raceway de Bowmanville peut être épeurant pour des pilotes amateurs, que le Circuit Mont-Tremblant n'est ouvert au public qu'à certaines dates et que le Shannonville Motorsport Park convient davantage à des motos qu'à des autos (en raison de ses courbes non inclinées), le Calabogie Motorsports Park ne devrait pas avoir de problèmes à attirer des clients de l'Est ontarien et de l'Ouest québécois, sans parler de Toronto, Montréal et l'État de New York.

Les mordus de course savent que Wilson est le créateur des célèbres circuits Barber Motorsport Park, en Alabama, et Miller Motorsport Park, au Utah. En tant que directeur de la sécurité pour le Sports Car Club of America, Wilson amène donc beaucoup de crédibilité au projet de Calabogie.

«Alan n'était pas intéressé à travailler avec nous si nous entretenions le rêve de présenter un jour le Grand Prix du Canada», a précisé Hamilton.

Le PDG du circuit, Marc Steenbakkers, qui a supervisé la conception et l'aménagement du tracé, affirme que l'accès rapide à une carrière à l'endroit du site initial a grandement aidé. L'équipe du Calabogie Motorsports Park a pu faire sa propre asphalte sur place. En outre, la carrière peut servir de champ d'essais tout-terrain.

(Photo: PicSphere)
Le circuit routier en soi couvre 111 hectares. Il est divisé en deux portions: Ouest (2,2 km) et Est (2,81 km). Ces deux portions peuvent être utilisées séparément ou se combiner pour former une boucle longue de 5,05 km contenant 23 virages.

Le milieu géographique dans lequel le circuit a été implanté est caractérisé par une abondance d'arbres, de côtes et de roches du Bouclier Canadien. En raison de ce terrain accidenté et hétérogène, la sécurité s'est retrouvée en tête de liste des priorités de Wilson. C'est pourquoi on observe de vastes aires de dérapage et des trappes de gravier au lieu des barrières et des sections étroites. La piste a été adoucie comme un vert de golf pour limiter les perturbations et les risques d'accident.

«Conduire sur un circuit dessiné par Alan Wilson, c'est comme jouer au golf sur un terrain dessiné par Jack Nicklaus», s'est exclamé Hamilton.

Lors de la cérémonie d'ouverture, plus de 100 journalistes invités et amateurs de sports motorisés étaient réunis dans le paddock Est, d'une superficie de 1,51 hectare (le paddock Ouest couvre quant à lui 0,5 hectare). Tous ont eu la chance d'essayer le nouveau parcours.