Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Une histoire de chevaux

Une histoire de chevaux

Par ,

J'ai grandi en développant une passion non seulement pour les voitures mais aussi les chevaux. Ma mère habitait sur une ferme en Angleterre durant sa jeunesse et elle côtoyait toujours des chevaux et des ânes. Lorsqu'elle a déménagé au Canada, elle m'a transmis son amour des valeureux quadrupèdes. Nous avons passé de nombreuses fins de semaine à l'écurie pour faire de l'équitation, ce qui m'a amenée à apprécier, à respecter et à adorer ces belles et puissantes bêtes.

2008 Ferrari
Photo: Philippe Champoux

Parfois, je me demande si ma passion pour les voitures en est le résultat. Puisque je ne pouvais prendre place au volant quand j'avais 5 ans, mes premières expériences avec cette puissance que l'on calcule en chevaux ont été vécues à dos de poney (oui, j'étais vraiment l'une de ces petites filles chanceuses!).

Le plaisir de la vitesse et de la liberté en mouvement, c'est en effet à cheval et dans un champ que je l'ai d'abord ressenti. Crinière et cheveux au vent, l'animal et moi filions à vive allure, mon sourire pouvant être aperçu à un kilomètre à la ronde. J'adore la fougue en dessous et la vue au-dessus. Plus que toute autre chose, j'adore la vitesse.

Puis, j'ai découvert l'automobile et j’en suis tombée amoureuse pour les mêmes raisons : la vitesse, la liberté ainsi que la sensation de puissance au bout de mon pied droit.

Il semble que je ne sois pas la seule journaliste automobile à avoir fait ce lien. Durant ma carrière, j'en ai rencontré plusieurs qui possèdent leurs propres chevaux ou du moins qui pratiquent l'équitation de temps à autre. Est-ce fou de croire que ce n'est pas un hasard?

Depuis que j'ai quitté la maison pour bâtir ma propre famille, mes parents ont adopté de nouveaux enfants : trois chevaux (tous rescapés de l'hippodrome) et quatre ânes miniatures tout simplement adorables. Un des anciens chevaux de course m'appartient; il s'appelle Ben et je l'aime autant que ma Subaru WRX. Ça m'excite de pouvoir rouler sur de superbes chemins sinueux en campagne, afin de rendre visite à mes parents et puis de chevaucher Ben jusqu'à ce que nous ayons fait le tour de la clairière en plein galop. La vitesse et la liberté nous enchantent. Quelle sensation! Quelle évasion!

J'ai récemment assisté à une prestation de la troupe Cavalia en compagnie de ma mère. Pour ceux qui n'en ont jamais entendu parler, c'est un peu comme le Cirque du Soleil, mais avec des chevaux. Le spectacle a de quoi impressionner et même couper le souffle. Vingt-cinq chevaux arabes de couleur blanche ou grise exécutent toutes sortes de chorégraphies endiablées à quelques pieds seulement de la foule. J'en suis sortie émerveillée, touchée et sans mots pour décrire ce que je venais de voir. Un autre rappel de la nature et de la force incroyable de ces animaux – et du lien qui les unit à l'automobile.

Comment ne pas s'en rendre compte lorsqu'on parle constamment des moteurs de voitures en termes de chevaux? Et si vous n'avez jamais regardé de près un cheval au sommet de sa forme, je vous conseille fortement de le faire. Alliant muscles saillants et silhouette gracieuse, il court avec tant de fluidité qu'on dirait une goutte d'eau fuyant le long d'une Ferrari 458 en pleine accélération. Voilà ce que certains appellent de la poésie en mouvement!

Les chevaux peuvent intimider, voire effrayer des personnes qui osent pourtant rouler en voiture à plus de 200 km/h. Conduire un bolide puissant, c'est comme dompter un cheval puissant; les deux requièrent de la confiance, de la pratique et une relation étroite. Alors pourquoi certains ont-ils peur d'enfourcher une bête pesant une tonne et d'agripper les rênes s'ils n'hésitent pas à enfoncer l'accélérateur d'une voiture à propulsion développant 500 chevaux ou plus. Suis-je la seule à trouver ça bizarre?

2011 Ford Mustand logo
Photo: Rob Rothwell/Auto123.com