Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

2005 Cadillac CTS-V

2005 Cadillac CTS-V

Par ,

Cadillac CTS-V : du muscle et de la classe

Si je vous parle de berline sport exotique, vous pensez tout de suite à la BMW M5, la Mercedes E55 AMG, l'Audi S4, mais pas forcément à Cadillac.

Pour 2005, la plus ancienne compagnie de voitures de luxe Américaine aimerait bien changer votre perception.

Pour vous mettre dans l'ambiance, voyez la CTS-V comme une Corvette quatre portes et vous avez une petite idée des possibilités de cette berline. Ajouter le raffinement Cadillac et cette puissance à l'état brut devient du coup très civilisé.

Visuellement, cette variante musclée de la CTS gagne en prestance grâce à une prise d'air surdimensionnée à l'avant, une suspension rabaissée et très raffermie, une double sortie d'échappement et des jantes spécifiques de 245/45WR18 (abritant des étriers Brembo à l'avant et à l'arrière). Ainsi équipée, la CTS est transformée et attire irrémédiablement les regards. Sous le capot, l'Américaine revendique 400 chevaux grâce à la puissance du moteur V8 5,7 litres emprunté à la Corvette Z06. La seule boîte disponible est manuelle à six rapports et vous franchirez sans trop de problème un 0-100 km/h en moins de cinq secondes dans le confort d'une sellerie sport au cuir fin.

On trouve aussi sans supplément le démarrage sans clef, l'installation audio Bose avec huit haut-parleurs, le système de navigation, 8 coussins gonflables et les phares au xénon. L'habitacle a fait l'objet de quelques modifications par rapport à la CTS de base. Les cadrans aux finis satins chromés et aluminium remplacent avec beaucoup de classe le plastique et le bois. Les sièges avant sont d'inspiration sport et beaucoup plus moulants avec un cuir spécifique à la CTS-V. Pour conserver la thématique de la voiture extrême, Cadillac a raccourci la hauteur de la console centrale pour faciliter la manipulation de la boîte manuelle. Un environnement de conduite fort agréable.

La plus grande surprise au volant de la CTS-V n'a pas été son côté performances extrêmes, mais la manière très coulée, voire confortable d'obtenir des chiffres dignes d'une exotique dans le confort d'une cabine de luxe. La CTS-V est non seulement très agréable à conduire, mais la mécanique laisse montrer juste ce qu'il faut de symphonie sans envahir l'habitacle. Les ingénieurs de Cadillac ont sûrement disséqué quelques BMW M5 pour en arriver à ce résultat qui est très réussi. Les freins Brembo très agressifs n'ont montré aucun signe de fatigue, le seul bémol provient le la boîte manuelle qui pourrait être plus précise et communicative. La direction, la liaison au sol et la tenue de route se situe au même niveau que l'E55 AMG chez Mercedes et légèrement sous la BMW M5 et la S4 qui elle profite de la meilleure motricité.