Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Audi TT RS 2011 : premières impressions

Audi TT RS 2011 : premières impressions

Cinq cylindres de performances à l'état pur Par ,

MONT-TREMBLANT, Québec – Le TTS 2010 a fait beaucoup pour renverser l’image initiale de « voiture de coiffeuse » de l’Audi TT Coupé. Même s’il était séduisant, les performances du TT n’étaient pas à la hauteur des grosses pointures comme les BMW et Mercedes.

Les 265 ch du TTS ont aidé, mais c’est l’arrivée du nouveau TT RS qui a fini de nous convaincre que ce bolide n’est autre chose qu’un sérieux modèle sport.

Contrairement aux autres produits exclusivement européens avec lesquels Ingolstadt nous a tourmentés, le TT RS débarquera bientôt au Canada! (Photo: Lesley Wimbush/Auto123.com)

S’inspirant du passé, Audi a réinventé le cinq-cylindres en ligne qui animait le triomphal Sport Quattro, vainqueur du rallye de Monte Carlo et de l’épreuve de Pike’s Peak. Plutôt que de farcir le quatre-cylindres déjà surmené de la S3 d’un autre turbo, et du délai résultant, les ingénieurs d’Ingolstadt ont décidé de ressusciter le légendaire cinq-cylindres. Le résultat? Un moulin de 340 ch qui livre 332 pi-lb de couple de 1 600 petits tours jusqu’à 5 300 tours… tout en ne consommant en moyenne que 9,2 l aux 100 km.

L’unique TT RS de garde lors de l’événement « Fascination quattro » d’Audi récemment tenu à Mont-Tremblant fut rapidement réservé pour la séance matinale, mais en nous privant de dîner, deux journalistes rusés et moi-même avons réussi à y mettre la main pour le retour à l’aéroport, un trajet de près de deux heures.

Notre bolide « Sepangblau » avait hérité d’un becquet avant aux garnitures argentées, d’un aileron coquet et de jantes de 18 pouces aux rayons divisés.

Le cockpit très ajusté proposait des sièges de course super bien rembourrés ornés du logo TT RS, d’un épais volant sport en forme de demi-lune et une abondance de cuir piqué et de touches chromées. Comme pour toutes les Audis, les matériaux sont de grande qualité et doux au toucher.

L’idée que les sièges arrière de ce coupé racé n’ont sûrement pas été créés avec le corps humain en tête ne nous a jamais traversé l’esprit… mais j’ai tout de même réussi à m’y entasser pour la première étape de notre trajet. Je me contenterai de dire que l’expérience ne fut pas agréable : la seule façon de ne pas me cogner la tête contre la vitre arrière était de la tenir à un angle.

Le cockpit très ajusté proposait des sièges de course super bien rembourrés ornés du logo TT RS. (Photo: Audi)