Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Audi TTS Roadster 2.0 TFSI 2010 : essai routier

Audi TTS Roadster 2.0 TFSI 2010 : essai routier

Un hommage aux cinq sens Par ,

Certains pourraient critiquer la Audi TT de n’offrir qu’un moteur à 4 cylindres, alors que les BMW Z4, Mercedes-Benz SLK et Porsche Boxster disposent toutes de moteurs à six ou à huit cylindres. Un V6 était disponible dans la TT, mais plus maintenant.

La TTS Roadster 2010 affiche un prix de base de 61 900 $. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Pourquoi? Parce qu’Audi a créé la TTS. Le fabricant allemand est parvenu à extraire encore plus de puissance de son moulinet à 4 cylindres, qui met moins de poids sur le train avant, alors c’est gagnant-gagnant.

Ce bijou de moteur, d’une cylindrée de 2,0 litres, turbocompressé et refroidi profite de l’injection directe. Il dispose de 265 chevaux ainsi que d’un couple de 258 livres-pied, et sa sonorité nous fait croire qu’il est toujours en beau fusil, crachant et rouspétant à chaque fois que la boîte de vitesses à double embrayage monte en rapport lors des accélérations à plein régime.

Il rend la TTS assez rapide, également. Les sprints de 0 à 100 km/h s’effectuent en 5,8 secondes et elle bousille le quart de mille en 14,0 secondes à 165 km/h. La boîte de vitesses change ses rapports rapidement et efficacement : elle n’hésite pas à rétrograder de plusieurs rapports lorsque vous demandez plus de puissance, particulièrement en mode sport. Des palettes de changement de rapport sont également disponibles si le conducteur croit faire un meilleur boulot.

Toutes les versions de la TT profitent d’une excellente tenue de route, et la TTS est légèrement plus compétente sur des routes sinueuses ou sur une piste, puisque la direction profite d’une précision chirurgicale, et on sent la route comme si les pneus formaient une extension de nos doigts. Malgré tout, attendez-vous à un roulement un peu sec dans la TTS.

La consommation d’essence s’avère excellente pour une voiture sport avec ce niveau de performances. Notre moyenne de 9,3 L/100 km est plus basse que ce que les Porsche Boxster et Mercedes-Benz SLK300 peuvent accomplir, équipées de moteurs 6 cylindres moins puissants.

L’habitacle exigu fait bonne mine avec sa finition impeccable : le tableau de bord et la console centrale sont parsemés de riches textures et de garnitures métallisées, alors que le volant obtient des coutures contrastantes. La partie inférieure horizontale du volant lui confère définitivement une allure sportive, bien que personnellement, je trouve cela un peu dérangeant lorsqu’on doit la tourner de 360 degrés. Les sièges dans notre voiture d’essai se couvrent de Cuir optique baseball optionnel, qui nous donne l’impression de se retrouver assis dans un gant de balle molle (ce n’est pas une critique, juste une observation).

Le tableau de bord et la console centrale sont parsemés de riches textures et de garnitures métallisées. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)