Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

BMW 335i Cabriolet 2011 : essai routier

BMW 335i Cabriolet 2011 : essai routier

Réglé au quart de tour Par ,

BMW a construit sa réputation sur plusieurs tableaux à la fois. Si l’on fait mention en ordre croissant du top 3 de ses qualités, je débuterais par une fiabilité mécanique incroyable (l’électronique n’est pas encore à point mais elle progresse), ensuite un style reconnaissable entre tous, depuis des générations. Et je terminerais par l’incarnation du luxe à saveur sportive qui se traduit par un agrément de conduite dépassant toute compétition.

Cette voiture brille vraiment de tous ses feux le toit baissé. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Alors maintenant, imaginez le plaisir que l’on peut avoir avec l’une des voitures les plus accomplies sur le marché lorsqu’elle nous arrive en version cabriolet. Je ne parle pas de la démentielle M3, mais bien de la 335i qui se veut le juste équilibre.

Le look, le look et encore le look!
Cette voiture brille vraiment de tous ses feux le toit baissé. Par contre, les restrictions imposées par les découpes du toit m’apparaissent moins réussies. La 335i est un peu victime de son look d’enfer. Sa garde au sol limitée me rendrait hésitant dans certaines conditions comme en hiver. Je ne voudrais surtout pas endommager les pare-chocs nouvellement dessinés pour 2011!

La ligne latérale de ce cabriolet BMW a toujours conservé un attribut qui lui est unique. À partir du pilier « A », la ligne est parallèle avec le sol, donnant un effet de longueur et une élégance exceptionnelle. À mes yeux avec ses jantes de 18 pouces, sa suspension abaissée et son ensemble de jupes latérales, elle semble s’afficher comme un véhicule modifié. La visibilité se veut aussi parfaite puisque le coffre ne nous obstrue pas la vue. Très bien conçu, le toit sans pilier B, donne sensiblement la même vision que le coupé, un bel avantage.

À l’instar des autres cabriolets à toit dur, on doit payer le look coupé par une amputation pratiquement complète du coffre lorsque ce dernier est replié. Il devient alors impossible d’y introduire un sac de golf. Il faut noter que les toits souples des Audi S5 (70 295 $) ou Mercedes-Benz de Classe E (69 895 $) permettent quand même les activités sur le green. C’est bel et bien un véhicule quatre places, mais l’espace réservé aux passagers arrière se compte au niveau des genoux.

On doit payer le look coupé par une amputation pratiquement complète du coffre lorsque ce dernier est replié. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)