Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

BMW Série 5 2004

BMW Série 5 2004

Par ,

Un bijou de technologie

La nouvelle Série 5 de BMW ne renie pas ses origines. Elle se renouvelle de façon radicale par une esthétique audacieuse, mais également par des solutions techniques novatrices mettant en valeur le caractère avant-gardiste de la marque munichoise.

Cagtiari?, Sardaigne, Italie - La carrosserie moderne, qui suggère la puissance d'un coupé sport, est rehaussée par des blocs optiques à phares jumelés logés derrière une lentille cristalline finement découpée. Vue de l'avant, on dirait les yeux perçants d'un aigle !

Cette élégance cache une conception technique moderne destinée à réduire le poids du véhicule, à rendre la carrosserie plus spacieuse et à améliorer les prestations dynamiques. Sans contredit, BMW se fait pionnière avec sa nouvelle Série 5.

Plus d'alu

La nouvelle Série 5 se distingue de sa devancière par sa construction qui met à contribution plus d'aluminium. Ce matériau léger représentait à peine 1 % de l'ensemble des matériaux bruts utilisés dans la fabrication de l'ancienne Série 5, ce pourcentage atteint désormais 15 %. La 530i est plus légère que sa devancière de 55 kilogrammes. La partie avant de la voiture - châssis et sous-châssis, cloison pare-feu, éléments de suspension, pare-chocs, ailes avant et capot du moteur - est désormais fabriquée en aluminium. Ce tiers se trouve donc liée aux autres deux tiers de la caisse, qui eux, sont toujours en acier.

Pourquoi ne pas avoir eu recours à une construction intégrale en aluminium, comme le fait Audi avec l'A8 et l'A2 ? Selon l'Allemand Heimrat Schuster, responsable du développement de l'ensemble châssis/ carrosserie, " une Série 5 tout aluminium n'aurait pas procuré de gains significatifs en matière de performance, compte tenu du coût de production plus important que cela aurait représenté. La voiture aurait été plus chère pour l'acheteur. "

Direction active

Cette nouvelle BMW inaugure une première mondiale : la direction active. J'avoue avoir douté de l'intérêt de ce système avant de prendre le volant d'une première 530i pour un slalom. C'était comme le jour et la nuit : premier essai, au volant d'une 530i à direction active, ma voiture se faufilait allègrement entre les cônes sur le parcours serré; second essai, aux commandes d'une 530i sans direction active, j'avais l'air d'un imbécile après avoir heurté quelques cônes sur le même parcours. Pourtant, je conduisais la " même " BMW !