Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

BMW X5 xDrive35d : essai routier

BMW X5 xDrive35d : essai routier

Par ,

Qui l'eût cru ? Je suis en train de devenir un véritable fanatique de la motorisation diesel. Moi qui, il y a quelques années encore, n'y voyais que pollutions visuelle et sonore, je considère maintenant la mécanique diesel comme un véritable enchantement. Surtout, comme c'est le cas du BMW X5 xDrive35d, quand le moteur est agréable et jumelé à un véhicule dont les qualités sont indéniables (et parfois ses défauts également cependant).

La transmission intégrale xDrive offre une éblouissante performance.

Pas question de parler uniquement de consommation, même si, il faut l'avouer, maintenir une moyenne approximative de 10 litres aux 100 kilomètres relève presque de l'exploit avec un si gros utilitaire; non, la réalité, c'est que je me suis pris à aimer le couple abondant et la sensation de nervosité des moteurs diesel, notamment grâce au système Blue Performance, un moteur diesel propre du constructeur allemand.

Question de mécanique
Propre c'est bien, mais puissant et agréable de surcroît, c'est mieux. Et c'est aussi ce que propose la motorisation de ce BMW X5 35d. Sous le capot, un 6-cylindres en ligne dont les capacités n'ont de cesse de m'émerveiller. Presque sans délai, ses 265 chevaux se mettent à l'oeuvre dès qu'on appuie sur l'accélérateur, entraînant la masse (lourde ne serait pas ici un euphémisme) du X5 avec une vélocité remarquable.

Évidemment, il est un peu bruyant car il conserve la nature même du diesel. Et je l'admets, un peu plus que je ne l'aurais cru, surtout au démarrage. Mais une fois la surprise de ce petit fond sonore passée, le X5 devient agréable et puissant, ne laissant que peu de place à l'hésitation, tout en se montrant fort peu gourmand.

Bref, si vous ne l'aviez pas encore compris, j'ai beaucoup, mais beaucoup aimé le moteur diesel de BMW.

Cependant...
Tout n'est pas parfait en ce bas monde. Même si le X5 profite d'un moteur agréable, avouons que le véhicule lui-même doit vivre avec quelques défauts plutôt désagréables au quotidien.

Le simple accès à bord, par exemple, la descente surtout, devient un véritable exercice d'acrobatie pour les personnes de petite taille ou les femmes vêtues d'une jupe. La marche est haute, très haute, et le marchepied, symbolique tout au plus, ne fait que forcer une enjambée plus grande. Le résultat : une position pas toujours gracieuse en descente et un arrière de pantalon somptueusement sali chaque fois aussi.

Le X5 est un peu bruyant car il conserve la nature même du diesel.