Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chevrolet Cobalt SS 2008 : essai routier

Chevrolet Cobalt SS 2008 : essai routier

Contrôle du décollage et embrayage à la volée... wow! Par ,

Un certain nombre de compactes haute performance relativement abordables ont été lancées sur le marché récemment, par exemple la Dodge Caliber SRT-4 et la Mazdaspeed3. GM a tôt fait de riposter avec la Chevrolet Cobalt SS 2008, un coupé à traction avant dont le compresseur volumétrique a été remplacé par un turbocompresseur.

Les amateurs de performance en ont pour leur argent avec la Cobalt SS.

Look de coupé sport
Contrairement à la plupart de ses rivales, la Cobalt SS possède deux portes et non quatre. Cette configuration lui donne une allure plus profilée et plus sportive tout en permettant d'asseoir cinq personnes. J'aime la pureté des lignes et la subtilité des éléments qui différencient la SS des autres versions... à l'exception bien sûr de l'aileron arrière démesuré qui trônait au sommet du coffre de mon modèle d'essai. Cet affreux morceau de plastique obstrue le champ de vision arrière et il nuit à la crédibilité de la Cobalt SS auprès de la compétition en raison de son style «bande dessinée». Heureusement, il est optionnel. Un aileron plus mince et mieux intégré arrive de série.

Il est toutefois dommage que les lignes profilées de la voiture réduisent l'ouverture du coffre et, par le fait même, la taille des objets qu'on désire y loger. C'est d'autant plus frustrant parce que la banquette arrière à dossier rabattable 60/40 agrandit considérablement l'espace de chargement disponible.

Vive les sièges avant!
L'habitacle de la Chevrolet Cobalt SS est typique d'une voiture d'entrée de gamme, ce qui veut dire beaucoup de matériaux bon marché et une finition qui pourrait être nettement meilleure. Dans ce décor peu inspirant, les sièges baquets se démarquent vraiment, eux qui procurent un support exceptionnel, en particulier sur les côtés, ainsi que des réglages suffisants pour accommoder la plupart des pilotes. Des insertions en suède empêchent le corps de glisser dans le siège lors des virages les plus serrés.

Le dégagement pour les jambes est généreux à l'avant mais beaucoup moins à l'arrière. Idem en ce qui concerne la tête. Étrangement, bien que les deux portières soient larges, l'accès à la banquette se révèle difficile pour quiconque n'a pas d'expérience en gymnastique. Par ailleurs, j'ai trouvé décevant et peu pratique l'absence d'un accoudoir et d'un rangement à même la console centrale avant.

Des touches de plastique argentées rehaussent l'attrait intérieur de cette Cobalt, qui est bien identifiée grâce à divers emblèmes «SS». Le compteur de vitesse et le tachymètre sont grands et bien à la vue, tandis que les commandes de la climatisation sont logiquement disposées et simples à utiliser.

L'habitacle de la Chevrolet Cobalt SS est typique d'une voiture d'entrée de gamme.