Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chevrolet Silverado 2500 HD LTZ 2011 : essai routier

Chevrolet Silverado 2500 HD LTZ 2011 : essai routier

Un entretien avec Joe Construction Par ,

Il est 5 heures du matin. Je me lève, j’enfile une paire de jeans et je me prépare à aller travailler. Sur mon trajet, je dois passer chercher Charlie, Harold et Thomas, vu que nous allons tous au même site. On arrête se ravitailler chez Tim Horton’s, puis on décolle.

Le RAM a de la gueule et le Ford est distingué, pourtant rien ne remplace un bon vieux nœud papillon sur ma calandre chromée. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Mon outil indispensable pour le travail? Un Chevrolet Silverado 2500 HD LTZ 2011 avec moteur Duramax et boîte Allison. Sa cabine double argent métallisé, sa caisse standard et ses quatre roues motrices m’ont coûté un peu plus de 71 000 $, toutefois avec ses compétences, je considère que j’ai fait une excellente affaire.

D’abord, je suis un inconditionnel de Chevrolet. Voilà pourquoi j’ai opté pour le Silverado. J’avoue que je suis passé jeter un p’tit coup d’œil chez des concessionnaires RAM et Ford. Le RAM a de la gueule et le Ford est distingué, pourtant rien ne remplace un bon vieux nœud papillon sur ma calandre chromée.

J’ai choisi la cabine double parce qu’elle facilite la vie à tout le monde, y compris ma femme et mes enfants. Charlie, Harold et Thomas ne sont pas petits et il leur faut chacun leur porte : pas question d’une cabine allongée. J’aime bien l’aménagement à l’intérieur, très simple, et toutes les commandes s’utilisent facilement. Honnêtement, seul le tableau de bord me refroidit. J’ai regardé le camion d’une couple de gars au travail, et j’avoue que Ford, Toyota et RAM construisent de plus beaux habitacles en général. Difficile de trouver des sièges plus confortables, par contre. Je vais sûrement l’échanger contre un nouveau modèle dans deux ans. Espérons que GM aura corrigé le tir d’ici là.

Les gars raffolent de mon camion. Faut dire que mon LTZ est tout équipé. J’ai la radio satellite (qu’est-ce que je faisais sans elle avant?) qui s’exprime à l’aide d’un système Bose à sept haut-parleurs. Le son sort étonnamment bien. Ils adorent ça, tout comme les sièges en cuir. J’ai un climatiseur bizone, alors le confort se pointe toujours au rendez-vous. J’aurais souhaité un volant télescopique qui me permettrait de dégoter une position plus confortable.

Le cœur de mon Chevrolet bat au rythme d’un moteur Duramax turbodiesel de 6,6 litres jumelé à une boîte Allison 1000. À eux seuls, ils m’ont coûté 11 000 $, n’empêche que je ne regretterai jamais d’avoir coché ces deux cases-là quand j’ai passé ma commande. Il développe 397 ch et 765 pi-lb de couple. Les gars aiment bien me niaiser et me dire que leurs Ford et RAM crachent 800 pi-lb de couple, eux, mais je n’ai qu’à souffler un seul mot pour qu’ils se la ferment : Allison.

Le cœur de mon Chevrolet bat au rythme d’un moteur Duramax turbodiesel de 6,6 litres jumelé à une boîte Allison 1000. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)