Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Dodge Challenger R/T 2009 : essai routier

Dodge Challenger R/T 2009 : essai routier

À peine plus civilisée que la SRT-8 Par ,

La Challenger est une voiture devant laquelle on ne peut rester indifférent. Dès que l’on a les clés en main, on se laisse transporter dans les années 70, même s’il s’agit d’une voiture 2009. Toute en muscles et virile à souhait, cette machine nous permet de voyager dans le temps. Si l’émotion vous guide lorsque vous achetez une voiture, et que vous avez déjà vécu l’expérience Challenger, nul doute que celle-ci saura encore vous accrocher.

La Challenger conserve l’esprit des années 70, même en matière de conduite.

La version R/T fait preuve d’à peine plus de docilité que le monstre SRT-8. Après tout le moteur HEMI de 5,7 litres ne cède que 50 chevaux à la version 6.1 litres avec la boîte manuelle. Mais peu importe la version, la Challenger demeure un gros jouet, presque capricieux, mais tellement agréable à conduire.

Back to the 70’s
Le sentiment de se retrouver au beau milieu des années 70 demeure permanent. Non pas que la voiture soit désuète, bien au contraire, mais les stylistes de Dodge ont vraiment beaucoup insisté sur l’aspect rétro du Challenger. Disons que tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, cette version profite d’une simple évolution de l’originale.

On se fait accueillir par un très bel intérieur, des sièges en cuir gris et noir avec des surpiqûres linéaires à la mode des années 70. Le tableau de bord brille par sa simplicité et son manque d’artifice. Bien que cela paraisse un peu « old fashion », il me semble qu’un beau volant en bois, comme aux heures de gloire du Challenger, ajouterait une petite touche nostalgique à l’ensemble.

Le levier de vitesse en forme de crosse de revolver, illustre sans équivoque, l’élément le plus distinctif. Il faut aussi admettre la particularité de la prise, qui procure presque un sentiment de pouvoir. L’habitacle se pare de plastiques de meilleure qualité que la Camaro, mais moins que la Mustang. Les cadrans indicateurs se lisent facilement, l’ergonomie générale prouve son efficacité.

L’achat d’une Challenger, résulte généralement d’un coup de foudre, sans considération. Par contre avec le temps, certains irritants apparaissent, comme l’accès aux places arrière ainsi que la visibilité nulle dans presque toutes les directions. L’impression de se trouver dans un char d’assaut existe réellement, avec les seuils de porte élevés et l’assise basse.

Disons que tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, cette version profite d’une simple évolution de l’originale.