Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai: Lexus GS 450h 2007

Essai: Lexus GS 450h 2007

Un malin plaisir à conduire Par ,

Un malin plaisir à conduire

Les hybrides sont plus lents, plus étranges et plus dispendieux que les véhicules conventionnels, c'est exact? Certes, la singulière Honda Insight
Lexus entend changer notre perception des voitures hybrides. (Photo: Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
(bientôt discontinuée) et la futuriste Toyota Prius (mi-chemin dans sa 2e génération) nous portent à croire que oui, mais dans l'ensemble, c'est une tout autre histoire. Prenons par exemple la nouvelle Lexus GS 450h. Non seulement a-t-elle l'air d'une berline tout à fait ordinaire - et assez séduisante, merci - mais elle est aussi plus rapide que la GS régulière au V6 de 3,0 litres. Impressionnant, n'est-ce pas? Imaginez-vous que cette voiture hybride est encore plus rapide entre 0 et 100 km/h que la GS 430 à moteur V8, sans parler qu'elle atteint une vitesse de pointe supérieure.

Ce n'est pas tout. La nouvelle berline hybride intermédiaire de luxe étonne par son prix alléchant. À 76 995 $, la seule version disponible coûte environ 11 000 $ de moins à l'achat qu'une GS 430 similairement équipée! Récapitulons pour bien comprendre: la GS 450h est plus rapide qu'une GS à moteur V8 et, pour un niveau d'équipements et d'accessoires comparable, elle est moins chère de plusieurs milliers de dollars. De quoi ébranler toutes nos idées préconçues au sujet des voitures hybrides.

Au premier coup d'oeil, il est peu probable que le consommateur moyen
De jolies jantes, des pneus de performance à profil bas et une élégante mention «HYBRID» ponctuent le design de la GS 450h. (Photo: Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
note une quelconque différence entre la GS régulière et l'hybride. Toutefois, en les plaçant une à côté de l'autre, certaines particularités surgissent. Premièrement, la nouvelle 450h arbore une calandre en cascade aux lattes noires verticales, ce qui dénote sa vocation de performance, ainsi que des jantes exclusives à 15 bras, dont certains sont élégamment garnis de chrome. En outre, devant chaque roue avant se trouve un petit déflecteur aérodynamique en plastique qui sert à dévier l'air autour de la voiture. Les bas de caisse sont par ailleurs revêtus d'une moulure latérale de couleur noir mat et portant la mention «HYBRID».

À l'arrière, les différences sont pratiquement inexistantes, hormis l'insigne «GS 450h» chromé apposé au bas du coffre. Les embouts d'échappement
Les différences visuelles sont pratiquement inexistantes entre la GS régulière et l'hybride. (Photo: Trevor Hofmann, Canadian Auto Press)
chromés et le subtil aileron accentuent la sportivité de la voiture, tout comme ses larges pneus de performance à profil bas (245/40/18 à l'avant et 245/45/18 à l'arrière).

Ceux-ci procurent une superbe tenue de route, même quand la grosse berline est projetée dans une série de routes étroites et sinueuses. Il en est ainsi malgré le poids additionnel qu'occasionnent les batteries (positionnées à l'arrière) et les composantes électriques du système hybride (sous le capot). La répartition du poids entre l'avant et l'arrière demeure excellente, comme le prouve le ratio de 51/49. En fait, en l'essayant sur les routes montagneuses et tortueuses de Kelowna, dans la vallée de l'Okanagan, j'ai trouvé que les kilos supplémentaires de la GS 450h l'aidaient à coller davantage à la chaussée que dans le cas de la GS conventionnelle. Par surcroît, la splendide maniabilité est assortie d'un confort de roulement que la plupart des berlines allemandes ne peuvent - ou ne veulent - pas atteindre.