Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai: Lexus IS 250 2006

Essai: Lexus IS 250 2006

Une maniabilité extraordinaire et un fonctionnement raffiné viennent réveiller les sens Par ,

Une maniabilité extraordinaire et un fonctionnement raffiné viennent réveiller les sens

Je ne pouvais imaginer demander une meilleure maniabilité pour une berline de luxe à quatre portes. Dès le départ, la Lexus IS 250 2006
(Photo: Rob Rothwell)
démontre des caractéristiques de maniabilité bien au-delà des besoins de la masse, si ce n'est de ceux de tous les conducteurs sur la route. Évidemment, la BMW de la série 3 pourrait bien détrôner la IS 250 lors d'une confrontation côte à côte dans les cônes, mais dans la vraie vie, une telle différence serait trop minime pour être perceptible. De plus, n'importe quelle voiture capable de surpasser les compétences en maniabilité de la IS 250 sera incapable de soutenir la comparaison quant à son impressionnante portée et au raffinement exceptionnel de son fonctionnement - et ce que j'ai retiré de l'essai de cette semaine.

Il s'agit de la seconde génération de IS que nous offre Lexus. Elle est plus grande, et complètement renouvelée pour 2006, adoptant le tout dernier
(Photo: Rob Rothwell)
thème de stylisme de Lexus, appelé L-Finesse. La voiture projette une prestance abaissée et athlétique, souligné par un contour fuyant et incliné, défini par une ceinture de carrosserie plutôt large. Je trouve son look attrayant, quoique pas aussi épatant ou captivant que celui de la dernière série 3 de BMW. Comme sa concurrente allemande, la IS 250 est très bien assemblée. La tolérance d'assemblage des panneaux est précise, et très mince. Les portières s'ouvrent et se ferment avec le "tchump" caractéristique d'un habitacle de première classe. Dans l'ensemble, c'est difficile de trouver à redire dans le design et dans l'assemblage d'un intérieur signé Lexus, et celui de la IS 250 ne fait que renforcer cette affirmation. Depuis le volant gainé de cuir et joliment brodé jusqu'aux peaux qui recouvrent les sièges les plus fins de l'industrie (dans le cas de ma voiture d'essai toute équipée, ces envoûtantes selles étaient également chauffées et ventilées), la IS 250 utilise des matériaux de haute qualité, et doux au toucher, à chaque endroit qui se retrouve en contact avec la peau de ses occupants.

De pair avec tous les appareils à commande électrique et les caractéristiques de voitures de luxe qui équipaient ma IS 250, celle-ci m'a épaté avec un système audio sensationnel, dont la sonorité n'était surpassée que par celle du tout nouveau moteur V6 de 2,5 litres de la voiture, doté du calage variable des soupapes, qui développe 204 chevaux. C'est à partir de là que les choses deviennent bonnes et mauvaises en même temps; c'est un moteur très doux, mais il manque de punch. Faire monter la IS en révolution en passant les six rapports de sa boîte est un délice pour les oreilles - mais pas au niveau de la vitesse. Et à la vue des 306 chevaux produits par la jumelle herculéenne de la IS 250 - la IS 350, cette plainte peut sembler complètement injuste; mais sans doute qu'à un certain niveau, elle l'est. En fait, je pourrais gager une bonne somme que la majorité des propriétaires de IS 250 seront totalement satisfaits de ce qu'elle offre sous le capot. Je crois que je suis de ceux qui voudraient tout avoir dans une Lexus d'entrée de gamme. Prenons par exemple le temps d'accélération de zéro à 96 km/h (60 mph) de 7,5 secondes ou à peu près, grâce auquel Lexus dit qu'elle est une "propulsion déterminée". Je pourrais argumenter que la IS 250 est une propulsion plus enjouée que déterminée, mais j'applaudis tout de même le fait que Lexus envoie les 185 livres-pied de couple du moteur aux bonnes roues.