Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Hyundai Nexo 2019 : un grand pas en avant pour l’automobile

Au cours des dernières semaines, j’ai conduit un véhicule sorti du futur. Non, il ne s’agissait pas d’un produit volant, ni complètement autonome. Même qu’esthétiquement, il présente une allure générique. Il s’agit en fait d’un véhicule électrique, mais pas du genre auquel nous sommes habitués.

Ce véhicule, c’est le Hyundai Nexo, un produit qui reprend essentiellement la forme des Hyundai Kona ou Kia Niro électriques. La différence, c’est que pour alimenter son moteur électrique, il a recours à l’hydrogène.

Ce dernier est le premier véhicule à hydrogène produit massivement et disponible pour monsieur et madame tout le monde… à condition d’en avoir les moyens. Son prix de départ de 73 000 $ l’amène davantage dans la catégorie de Porsche et de Mercedes-Benz plutôt que de Mazda et de Honda.

Photo : D.Heyman

Fonctionnement
Concrètement, l’hydrogène est stocké dans trois réservoirs. Deux sont situés sous les sièges arrière, l’autre derrière l’essieu arrière. Il sert à alimenter une pile à combustible de 95 kW, ainsi qu’une pile au lithium-ion de 40 kW. Tout cela sert un moteur électrique qui propose un couple équivalent à 291 livres-pieds. C’est suffisant pour assurer un temps inférieur à 10 secondes pour atteindre les 100 km/h alors que la vitesse de pointe est de 180 km/h. C’est modeste, mais comme vous allez le voir, le Nexo offre plus que ce que sa fiche technique propose.

L’allure
Esthétiquement, le Nexo ne cherche pas expressément à montrer sa différence. Il est doté de poignées de porte extérieures rétractables, ce qui lui ajoute un petit côté chic. Autrement, c’est la norme à la hauteur de la grille, des phares, des feux et des roues de 19 pouces.

Et c’est parfait ainsi, car en vérité, les gens qui achètent ce genre de véhicule ne souhaitent pas souvent montrer aux autres qu’ils sont au volant d’un véhicule doté d’une motorisation futuriste.

Photo : D.Heyman

À l’intérieur
À bord, la présentation est moins timide. Elle est dominée par deux éléments ; une console centrale bardée de boutons ainsi que deux écrans pour le bloc d’instruments et le système multimédia. Ladite console regroupe les commandes pour la transmission, la climatisation, la chaîne audio, ainsi qu’une molette qui permet de faire défiler les menus de l’écran principal. Là, il est possible d’avoir un compte-rendu de l’utilisation d’énergie du véhicule, de ce qui reste dans le réservoir, etc. Bien sûr, toutes les fonctionnalités sont présentes comme la compatibilité avec l’application Apple CarPlay, par exemple.

Du reste, chaque centimètre de la console est utilisé, que ce soit avec un porte-gobelet, un espace pour cellulaire ou un bac de rangement.

En fait de volume intérieur, il y a plus de place que dans un Kona ou un Tucson, tant pour les passagers que pour le chargement. Cependant, un des désavantages avec l’hydrogène demeure la façon dont il est emmagasiné. Si ça ne représente pas un problème avec un véhicule de la taille d’un autobus, c’est autre chose avec un VUS compact. Ici, la façon dont on a pris un réservoir pour en faire trois est une idée de génie en matière d’aménagement.

Photo : D.Heyman

En prime, les sièges avant et arrière sont confortables. Enfin, détail intéressant, on retrouve au bloc d’instrument une caractéristique de sécurité qu’on a déjà vue chez Honda. À l’activation des clignotants, une image nous montrant ce qui se trouve du côté désiré est montrée. Honda couvrait le côté passager ; avec le Nexo, la droite et la gauche sont surveillées.

La conduite
Grâce à sa transmission à engrenage unique, le Nexo fournit une poussée instantanée au contact de la pédale d’accélération. La réponse perd de sa célérité au fur et à mesure que la vitesse augmente, mais on ne sent jamais le besoin d’en avoir plus. Le mode de conduite Eco est plus restrictif, toutefois, mais avec le mode Normal, aucun problème.

Quant aux palettes au volant que l’on retrouve, elles ne servent pas à passer les rapports, mais plutôt à ajuster le niveau de régénération au niveau que l’on souhaite.

Photo : D.Heyman

Pour ce qui est de l’insonorisation, les constructeurs doivent être plus vigilants avec ce type de véhicule pour couper les bruits extérieurs puisque rien ne provient de la mécanique. Avec son museau arrondi, le Nexo ne déçoit pas ; il fend l’air en ne laissant pratiquement rien passer. Les pneus, développés pour réduire l’effet de traînée, la clef avec tout véhicule électrique, contribuent également à cette quiétude.

Pour ce qui est de la tenue de route, bien qu’on ne se trouve pas au volant d’un Porsche Macan, le Nexo fait du bon travail pour cacher ses origines électriques. Ce fut évident sur une route sinueuse que j’emprunte fréquemment. Et même si le roulis n’est pas complètement absent, ce n’est rien d’énorme.

Photo : D.Heyman

La source, l’hydrogène
Une des raisons principales pour laquelle Hyundai a envoyé un Nexo à Vancouver afin qu’il soit essayé, c’est qu’il s’agit d’un des seuls endroits au pays où une station servant de l’hydrogène est accessible au grand public. Elle est située au cœur de la ville, intégrée à une station Shell qu’il faut connaître pour savoir qu’elle offre ce service. Le seul autre endroit au pays où un point de service peut être trouvé est à Québec.

Pour la recharge, chaque propriétaire d’un Nexo reçoit un code. Il suffit ensuite de bien brancher la pompe au réservoir et verrouiller le tout en place pour procéder. J’ai mis cinq minutes à remplir le quart d’un réservoir. L’hydrogène est mesuré en kilogrammes et j’ai utilisé 1,8 kg pour une distance de 115 km. À un prix de 12,75 $ le kilogramme, ça équivaut à un coût de 23,27 $.

Ce n’est pas exceptionnel, mais on se console du fait qu’on n’émet pas de Co2 avec le Nexo. En fait, on nettoie l’air. La voiture nous dit même combien de kilogrammes d’air frais on se trouve à produire chaque jour.

Photo : D.Heyman

Bien sûr, la question qui demeure est de savoir jusqu’à quel point les infrastructures sont en mesure de soutenir cette technologie. En ce moment, deux endroits seulement peuvent le faire. Il faut cependant tenir compte du fait que le Nexo est le seul produit du genre offert au Canada, bien qu’il sera rejoint bientôt par la Toyota Mirai, ainsi que par la Honda Clarity FCEV qui est offerte aux États-Unis depuis l’an dernier.

Et plus il y aura de véhicules, plus on imagine que le réseau va évoluer en conséquence ; les constructeurs n’avanceraient pas ces modèles s’ils savaient qu’aucune installation n’allait les soutenir.

Pour l’instant, le Nexo demeure un véhicule qui peut être utilisé au quotidien et avec lequel s’accompagne la paix d’esprit de rouler en produisant de l’eau alors qu’on enfile les kilomètres.

 

Consultez notre inventaire de véhicules Hyundai d'occasion disponibles dans votre région du Canada

Photo : D.Heyman

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Hyundai NEXO 2019
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :D.Heyman
Photos de la Hyundai Nexo 2019