Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai de la MINI Cooper 3-portes 2018

Ça fait maintenant près de deux décennies que la nouvelle MINI Cooper règne dans le segment des voitures sous-compactes un peu flyées et la vague de sympathies reçues au fil des années en raison de son style rétro ne semble pas près de s’estomper. 

La version 3-portes de la Cooper est étiquetée comme une voiture à hayon d’entrée de gamme. C’est le cas depuis ses débuts en 2000. À ce moment, la maison mère BMW ramenait la marque MINI en lançant une division considérée comme semi-luxueuse avec un type de véhicule (lire une sous-compacte) qui, traditionnellement, avait toujours été vue comme un prix de consolation. Arrivée à maturité, mais demeurée agréable, énergique et frugale, la Cooper en offre beaucoup aux consommateurs pour qui payer davantage que le voisin pour une petite voiture ne représente pas un frein. 

Une excellente offre initiale

Bien avant que la division MINI commercialise une panoplie de modèles, la Cooper était la seule représentante de la marque et la mouture actuelle continue d’être la porte d’entrée pour tous ceux curieux de découvrir l’engouement qui caractérise une MINI. Dessinée pour accrocher l’œil des habitants de la ville au style branché, la Cooper, même en configuration de base, propose une ligne irrésistible. Elle se veut en prime facile à garer et avance suffisamment de puissance pour que les déplacements quotidiens à son bord soient intéressants. 

Ce qui rend cette voiture si attrayante est grandement dû à son petit format et même si la Cooper a crû au fil des années, il s’agit toujours d’un jouet qui séduit surtout ceux qui ne sont pas appelés à essayer les places arrière. Pour des gens célibataires ou des couples sans enfants, cette MINI 3-portes est tout à fait pratique. J’ai entre autres réussi à déposer une grosse valise dans le coffre aux dimensions minuscule et si on rabat les sièges, le volume se multiplie par quatre. Mieux, cette citadine propose un degré de confort intéressant à l’avant, malgré sa petitesse. La visibilité est également très bonne en raison de la fenestration importante, mais aussi parce qu’il est possible de régler le siège du conducteur assez haut pour bien voir.  

La frugalité d’un moteur 3-cylindres

Les dimensions modestes de la MINI Cooper 3-portes et son poids minimaliste font que le moteur 3-cylindres turbo de 1,5 litre ne donne jamais l’impression d’être surtaxé. C’est particulièrement le cas lorsque le bloc en question est marié à la boîte de vitesses manuelle à six rapports. Une transmission automatique à six engrenages est offerte en option. 

Évaluée à 134 chevaux et 162 livres-pieds de couple, la puissance de la mécanique s’est montrée suffisante dans presque toutes les situations de conduite, à quelques exceptions près. La première est que j’ai remarqué à quel point il était facile de demeurer en seconde vitesse lors des déplacements en ville. Avec le régime moteur qui est relativement bas et le fait que le couple soit disponible tôt dans le compte-tours, il m’a été facile d’ignorer les rapports plus élevés de la boîte. Bien sûr, ç’a été une autre histoire lorsque je me suis retrouvé sur l’autoroute où là, il m’est apparu évident que je devais rétrograder souvent si je souhaitais me faufiler rapidement à travers la circulation. 

Et un autre des avantages de choisir une version à boîte mécanique se trouve au chapitre de l’économie d’essence fort respectable obtenue en retour. En conduisant de façon disciplinée, vous constaterez des cotes d’environ 6,2 litres aux 100 kilomètres sur l’autoroute et de 8,5 litres en ville, des chiffres qui se veulent un tantinet meilleurs que ceux qui sont réalisables avec la transmission automatique. 

Pas rapide, mais quand même amusante

Malgré tout, ne recherchez pas trop de sensations derrière le volant de la Cooper 3-portes. Bien que la suspension ait été calibrée afin d’offrir un équilibre entre la tenue de route et le confort, il faut passer à la version Cooper S pour découvrir le genre de puissance nécessaire pour espérer mettre au défi les conducteurs qui s’arrêtent à vos côtés à un feu rouge. Plutôt, délectez-vous de cette plateforme qui place les quatre roues aux extrémités et du plaisir que cette approche octroie lorsqu’on s’amuse à maintenir la cadence sur un chemin sinueux au volant d’un bolide aussi léger. Cet exercice vous permettra de comprendre tout le plaisir inhérent à la possession d’une MINI Cooper. 

Vous pourriez aussi simplement vous laisser aller avec les options de personnalisation pour mettre la voiture à votre image, une chose que le catalogue d’accessoires MINI rend possible comme peu d’autres véhicules sous-compacts le proposent. Et si l’idée d’avoir le drapeau de l’Union Jack collé sur le toit ou de profiter d’un intérieur rempli de garnitures illuminées ne vous inspire pas, vous pouvez alors opter pour remplacer l’écran de 6,5 pouces du système multimédia par celui de 8,8 pouces (ce qui n’est pas une mauvaise idée), sélectionner l’affichage tête-haute (moins attrayant) ou ajouter la climatisation automatique (là, on commence à parler) à la liste d’options. Ma voiture d’essai était plutôt dégarnie et ne comptait que très peu d’options. Son prix de base : 22 190 $. Cela dit, mis à part des ratés de la lecture en continu du système Bluetooth, je n’ai pas eu l’impression qu’il me manquait quelque chose d’important côté commodités. 

Attention au budget

Évidemment, un prix de base de quelque 23 000 $ ne peut pas être vu comme intéressant considérant la quantité de sous-compactes à hayon qui concurrencent la MINI Cooper. La Fiat 500, aussi stylisée, mais moins fiable, peut être acquise pour 7000 $ de moins alors que d’autres rivales non déclarées, mais également excellentes comme la Hyundai Accent ou la Kia Rio vont moins handicaper votre portefeuille. 

Malgré tout, la MINI Cooper ajoute une touche de raffinement et la liste des commodités qu’elle sert de série est plus garnie que celle de la plupart de ses rivales. Que vous soyez prêts à payer « la totale » pour obtenir « la totale » vous appartient. La Cooper œuvre dans un marché de niche, c’est évident, mais il s’est avéré populaire et profitable pour le constructeur qui répond à une demande, soit celle de gens à la recherche d’une voiture qui correspond davantage à leur style qu’elle ne répond à leur budget.

Vue avant
Photo : B.Hunting
Vue avant
Vue arrière
Photo : B.Hunting
Vue arrière
Tableau de bord
Photo : B.Hunting
Tableau de bord
Sièges avant
Photo : B.Hunting
Sièges avant
Écran multimédia
Photo : B.Hunting
Écran multimédia