Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai de la Volkswagen Golf GTI 2019 : ode à la voiture

Ceci n’est pas un essai routier traditionnel. Au moment d’écrire ces lignes cependant, je me trouve au volant d’une Volkswagen Golf GTI 2019, un véhicule que je mets… à l’essai.

Un essai traditionnel de cette GTI se résumerait par une description sommaire de la gamme Golf, des qualités et des défauts de la GTI, etc.

Allons plus loin. Allons faire un tour ailleurs. Pourquoi ? Parce que la version GTI de la Volkswagen Golf est connue, elle qui sillonne nos routes depuis maintenant plus de 30 ans. Et parce que j’ai une petite histoire à vous raconter.

Voir notre comparaison de la Volkswagen Golf GTI 2019 vs la Golf R 2019... sur glace!

Photo : D.Boshouwers

Années 70 et 80
Je suis né en 1968. Ma conscience automobile s’est éveillée pendant la décennie 1970 et a pris forme pendant la suivante. Comme bien des gamins de ma génération et de celles qui ont suivi, mon intérêt pour l’automobile a été façonné par les voitures possédées par mon paternel.

Or, ce dernier, né en 1919 (vous avez bien lu), avait un intérêt marqué et unique pour les voitures américaines, particulièrement celles de General Motors. Ainsi, j’ai appris à conduire sur une Chevrolet Impala 1975 et une camionnette C10 1979.

Ma première auto a été une Chevrolet Cavalier Type 10 1984, ma deuxième, une Pontiac Grand Am 1986. Lorsque je suis passé chez l’ennemi en 1996 en faisant l’acquisition d’un Dodge Ram, j’ai failli être déshérité. J’étais prêt.

Au moins, je n’avais pas acheté une voiture étrangère. Malgré la qualité de ces dernières, notamment d’origine japonaise à cette époque-là, le paternel n’y croyait pas. Têtu ? Ouais, il l’était pas mal.

Photo : D.Boshouwers

Une Volkswagen ? Pourquoi ?
Dans les années 80, je voyais des Volkswagen sur la route, mais je n’en faisais pas de cas. Je connaissais la Golf, et même la version GTI, mais c’était un terrain inconnu pour moi. Certains de mes collègues ont vécu l’inverse. Ils ont baigné dans un univers de voitures étrangères lorsqu’ils étaient jeunes.

Ai-je besoin de vous dire que leur expérience est tout autre ?

C’est comme ça.

2000
Cette année-là, j’ai fait l’essai de ma première Volkswagen Golf. Une collègue de travail ayant pris un petit verre de trop m’avait demandé de la ramener tranquillement chez elle. Le coup de foudre a été grand. Mais non ; pas pour la collègue. Oh, elle était magnifique, mais elle était en couple. Je parle plutôt du coup de foudre pour la conduite de la voiture, neuve à ce moment-là.

Ma perception venait de changer. En fait, elle venait de naître.

Photo : D.Boshouwers

Oh, la voiture n’était pas parfaite ou plus faible que celles de la concurrence. Je me rappelle même qu’à l’état neuf, la collègue en question avait eu des problèmes avec le fonctionnement de ses glaces électriques. N’empêche, je venais de découvrir autre chose.

Sept ans plus tard, je prenais le volant d’une version GTI dans le cadre du travail que je fais à ce moment. Là, j’ai compris pourquoi cette voiture était toujours sur le marché et toujours aussi populaire auprès des passionnés.

La GTI livre une expérience de conduite unique et très engagée. Quiconque aime se trouver au volant d’une voiture n’en demande pas plus. Et la beauté de la chose, c’est que la recette est essentiellement demeurée la même depuis 30 ans.

Ce qui nous amène au modèle 2019.

Photo : D.Boshouwers

L’exception
La GTI actuelle appartient à la septième génération du modèle de la Golf, présenté pour l’année 2015. Bientôt, la huitième sera parmi nous… et une autre GTI l’accompagnera.

Je n’ai qu’un souhait ; que la technologie ne vienne pas tout gâcher.

À l’heure actuelle, la Volkswagen Golf GTI est devenue une exception à travers l’industrie. Une exception, oui, car elle offre toujours une expérience de conduite engagée, et ce, sans qu’on sente qu’un ordinateur est là pour tout gérer à notre place.

Oui, un écran multimédia repose à la console centrale, mais cette dernière est encore pleine de boutons, faciles à repérer et à manipuler. Ça devient malheureusement trop rare aujourd’hui.

On retrouve même des cadrans dans le bloc d’instruments. Je sais, je suis nostalgique ici, mais j’aime ça, de beaux cadrans.

Photo : D.Boshouwers

Plaisir constant
Au volant, inutile de vous le dire, le plaisir est constant. De la puissance à revendre, fruit du travail d’un 4-cylindre turbo de 2 litres qui propose une cavalerie de 230 chevaux et un couple maximal de 258 livres-pieds. Une direction qui répond au doigt et à l’œil inspire la confiance, en tout temps. Idem pour le freinage mordant, stable. Et, surtout, une symbiose quasi parfaite entre l’homme et la machine nous est servie sur un plateau d’argent.

Ça, aussi, ça devient rare alors que les voitures sont devenues des ordinateurs sur roues.

En prime, une configuration à hayon qui rend le modèle aussi pratique qu’un véhicule utilitaire.

Photo : D.Boshouwers

Des défauts ? Bien sûr, car aucune voiture n’est parfaite. Par exemple, la suspension joue sur la fermeté, parfois au détriment de notre confort ; nos routes doivent assumer une bonne partie du blâme. Des ajustements plus nombreux à la hauteur du siège du conducteur seraient souhaitables. L’insonorisation, elle aussi, pourrait être améliorée.

Et la traction intégrale serait un bel ajout. Oui, je sais, elle est réservée à d’autres variantes comme la R et la Sportwagen, mais à l’aube de la décennie 2020, le rouage intégral va représenter une planche de salut pour la voiture dans sa lutte fraternelle contre le VUS. Les rumeurs veulent que la motricité aux quatre roues soit offerte sur d’autres variantes à l’avenir. Croisons-nous les doigts.

Du reste, les premières images aperçues du modèle de prochaine génération montrent une évolution plus qu’une révolution. C’est une bonne chose.

La Golf de huitième génération conservera aussi la plateforme MQB actuelle ; une autre bonne nouvelle.

Photo : D.Boshouwers

Conclusion
Il faudra attendre l’an prochain avant de découvrir la Golf qui sera vraisemblablement présentée en cours d’année comme modèle 2021.

Avec l’arrivée de véhicules électriques et une mutation de l’univers automobile, on aura peut-être droit à la dernière GTI telle qu’on l’a toujours connue. Heureusement, on peut s’attendre à une voiture toujours agréable à conduite, livrable avec une transmission manuelle, et qui respecte le lien qui unit l’homme et la machine

La voiture, telle qu’on la connaît et qu’on l’aime, change. Profitons-en pendant qu’elle est encore parmi nous.

La version GTI de la Volkswagen est l’une des dernières survivantes de sa race.

 

Consultez notre inventaire de véhicules Volkswagen Golf d'occasion disponibles dans votre région du Canada

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Volkswagen Golf 2019
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :D.Boshouwers
Photos de la Volkswagen Golf GTI 2019