Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Fiat 500 Abarth 2012 : essai routier

Fiat 500 Abarth 2012 : essai routier

Si le style pouvait tuer... Par ,

... le taux d’homicide de la Fiat 500 Abarth 2012 serait apparemment très bas. En théorie, son arsenal d’armes impressionne, mais en pratique, l’Abarth soulève de sérieux doutes et questionnements quant à sa raison d’être.

La Fiat 500 Abarth 2012 est une voiture amusante destinée aux conducteurs en quête d’émotions en format compact. Malgré ses bonnes intentions, l’habitacle miniature de l’Abarth impose de trop nombreux compromis, sauf si le propriétaire est célibataire ou avec un penchant pour des partenaires de petite taille.

Même si elle semble vouloir s’attaquer à votre jugulaire, avec un prix de vente de 23 995 $, la Fiat 500 Abarth 2012 est trop coquette pour être prise au sérieux. À moins, bien sûr, que le terme Abarth ait une signification particulière pour vous ou pour les gens que vous tentez d’impressionner.

Pourquoi Abarth?
Abarth (à prononcer comme bon vous semble), est un atelier de course fondé en 1949 par le pilote Carlo Abarth, à Turin, en Italie. Tout comme AMG et d’autres ateliers hautement spécialisés, Abarth a éventuellement été englouti par l’entreprise fabriquant les produits avec lesquels ils aimaient bidouiller.

Leur spécialité? Concevoir des voitures rapides et gagner des courses. Leur succès a engendré plusieurs modèles de voitures distribués à diverses échelles, et la Fiat 500 Abarth 2012 est la première à aboutir de ce côté-ci de l’Atlantique.

Un look à la fois original et dépassé
L’Abarth se veut la version « bulldog » de la (trop) mignonne Fiat 500. Pour plusieurs, le look résolument européen de la voiture est nouveau et intrigant. En réalité, la 500 en est à sa 7e mouture et des signes de vieillissement sont apparents.

Dans les habits de l’Abarth, la Fiat 500 gagne de l’espace, des enjoliveurs de tuyaux d’échappement doubles et chromés, un joli ensemble de jupes et la possibilité d’ajouter des roues de 17 pouces noires en alliage. En somme, la Fiat 500 est dotée d’une bonne dose d’attitude supplémentaire. Mais la conclusion demeure la même : même tatouée, une bonne sœur restera toujours une bonne sœur.

Un intérieur 1 ¾ + 1 ½
L’habitacle de la Fiat 500 Abarth 2012 est étroit, pas très bien conçu et habillé de plastique rigide et de piètre qualité. Le style est correct, mais pas aussi original que la smart fortwo ou aussi conventionnel que la Honda Fit.

Le plus gros défaut de la 500 est le confort des sièges. Bien que la hauteur du siège du conducteur soit ajustable, il est néanmoins plat et offre peu de soutien. Ces remarques s’appliquent également au siège du passager, dont la hauteur est fixe. Les cheveux de mon épouse, qui mesure 1,70 m (5 pieds, 6 pouces), effleuraient le toit. La banquette arrière est quant à elle très peu flexible.

Le deuxième plus gros défaut de l’Abarth est le volant. J’aime l’arrière plat, mais les rayons sont beaucoup trop éloignés les uns des autres pour avoir une bonne prise, tout comme dans la Ford Mustang Boss, et la colonne n’est pas télescopique. Afin de trouver une meilleure position de conduite, j’ai dû rapprocher mon siège de la roue. Dans cette position, l’espace pour les jambes et les hanches est presque nul. Tel que mentionné sur Twitter, ma masculinité était très soulagée de dire adieu à la Fiat 500 Abarth 2012.

D’autres tracasseries incluent la prise OBD-II visible et facilement accessible (à vous de tirer vos propres conclusions). C’est la première fois que je note une telle chose après 15 années de critique automobile. De plus, la mousse, tout aussi apparente près des pieds, rappelle une époque où une douzaine de pièces traînaient après la finition d’un produit...

Le fantastique moteur MultiAir
Le principal ingrédient qui personnalise l’Abarth est son moteur 4 cylindres turbocompressé MultiAir 1,4 litre. Ce dernier développe 160 chevaux, tout comme le Dodge Dart Rallye 2013 qui possède le même moteur. Le couple varie (184 pour la Dart et 170 lb-pi pour la 500), cependant, la Dart pèse environ 315 kg (693 livres) de plus que la 500.

La poussée maximale est impressionnante: 18 lb/po² (1,24 bar), et la ligne rouge se situe à 6500 tr/min. La boîte de vitesse manuelle à 5 rapports est amusante, surtout en raison de l’espacement des pédales permettant d’utiliser la technique talon-pointe.

Il faut reconnaître que ce petit groupe motopropulseur fait de l’Abarth une sérieuse voiture de performance sous-compacte. À pleins gaz, et en mode sport, l’agile voiture file à toute allure et son vrombissement est satisfaisant.

Technique de conduite
La Fiat 500 Abarth 2012 est une voiture rapide qui exige d’avoir les deux mains sur le volant en tout temps. L’absence de porte-à-faux et les roues positionnées aux extrémités offrent une bonne tenue de route, malgré la répartition du poids 64/36 privilégiant l’avant du véhicule.

La suspension sport Koni et les pneus Pirelli P-Zero Nero s’agrippent solidement à la route sans lâcher prise. L’adhérence des pneus fait parfois dévier la 500 et des corrections sont constamment requises à hautes vitesses. La direction à assistance électrique est réceptive, quoiqu’un peu lourde à l’occasion, surtout en ce qui a trait au large rayon de braquage de la minuscule voiture. Les freins à disques aux quatre roues fonctionnent à merveille.

Conduire la Fiat 500 Abarth est un exercice amusant, mais certains compromis doivent sérieusement être considérés avant l’achat.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
46%
Fiat 500 2012
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Fiat 500 Abarth 2012
    Fiat 500 Abarth 2012
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article