Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Ford Mustang GT Premium décapotable 2016 : essai routier

Ford Mustang GT Premium décapotable 2016 : essai routier

Cette Mustang pense à tout pour le bonheur des acheteurs Par ,

Il fait 24 degrés. Pas un nuage dans le ciel. On roule dans une Ford Mustang GT décapotable 2016 jaune brillant. La vie peut difficilement être plus belle. 

Une autre journée idéale pour profiter de l’un des cabriolets les plus emblématiques au monde. Son V8 de 5,0 litres fait écho sur les édifices qu’on croise et le reflet de la voiture sur les vitrines fait presque autant de bruit. Dans ma petite ville, les têtes se retournent aussi vite que s’il s’agissait d’une Ferrari, d’une Lamborghini ou d’une McLaren. Pas étonnant que Ford vende autant de Mustang. 

Si les modèles sport à 2 portes restent des produits de niche pour la vaste majorité des compagnies automobiles, la Mustang continue de jouer un rôle crucial pour l’ovale bleu. L’an dernier, elle a écoulé plus d’exemplaires au Canada (6 933) que la Fiesta, la Taurus et certains VUS de Ford (122 349 aux États-Unis). 

La Ford Mustang et la concurrence
On dirait que les rivales de la Mustang ne se forcent même pas. La Chevrolet Camaro a trouvé seulement 2 668 preneurs au pays en 2015 et 77 502 au sud de la frontière, malgré l’arrivée de la 6e génération en mai. 

De son côté, la Dodge Challenger a vendu un exemplaire de plus que la Camaro au Canada, mais cette dernière s’est reprise aux États-Unis en enregistrant 11 137 ventes additionnelles. Les gens de Auburn Hills ne se plaignent pas, toutefois, du moins ils ne vont pas se mettre à fredonner la chanson It Serves Me Right to Suffer de John Lee Hooker comme le font peut-être ceux de Détroit. Quant à l’équipe de Dearborn, c’est Shake it Baby, Boogie Chillen! 

Du bon temps en Mustang décapotable
J’aurais bien aimé écouter John Lee Hooker et sa reprise de Fanny Mae de Buster Brown avec la chaîne sonore Shaker Pro à 12 haut-parleurs (optionnelle) de la Ford Mustang GT Premium décapotable 2016, mais je me suis contenté de Work par Rihanna et Drake sur la radio satellite. Avec son toit souple assisté en place, ce cabriolet est aussi silencieux qu’un coupé, il nous protège des rayons UV et son climatiseur automatique bizone nous rafraîchit aux heures de grande chaleur. 

Je répète depuis longtemps que Ford devrait rehausser le niveau de qualité de l’habitacle pour attirer ceux qui n’aiment pas le côté bas de gamme de la Mustang. La compagnie semble m’avoir écouté, car l’intérieur de la Mustang GT Premium décapotable est digne d’une voiture de luxe. Pas comme une BMW Série 4, mais la plupart des commandes sont meilleures que celles d’une Porsche 911. On retrouve aussi plus de plastiques doux au toucher qu’auparavant, entre autres sur le dessus du tableau de bord et au haut des portières. Les garnitures rembourrées sur ces dernières sont en similicuir perforé aux coutures contrastantes pour s’agencer avec les sièges sport en cuir véritable, dont les perforations aident au système de ventilation des assises à 3 intensités.

Mon modèle d’essai arborait également des insertions en aluminium foncé sur le tableau de bord, sa partie centrale ornée de superbes bouches d’air cerclées de chrome à l’image des cadrans principaux derrière le volant, de la base du levier de vitesses et des porte-gobelets sur la console. Les bras du volant ont un fini argent satiné tout comme le pommeau du levier de vitesses et les fantastiques interrupteurs d’allure rétro au bas du bloc central (2 d’entre eux contrôlent les modes de conduite et de direction, mon préféré étant Sport), juste à côté de l’invitant bouton de démarrage.

Une mécanique retentissante
Ce bouton dans la Ford Mustang GT marque le début d’une histoire passionnante entre l’homme, la machine et la route. Le grognement du V8 de 5,0 litres au réveil lui permet de faire tout de suite sentir sa présence, à l’instar d’une Harley qu’on démarre un beau dimanche matin. Bien que son ton guttural soit plus heavy metal que funk, il prend place dans une voiture qui excelle dans l’art de fusionner les genres, comme si les Red Hot Chili Peppers reprenaient la chanson Higher Ground de Stevie Wonder. 

Enfoncez la pédale d’accélérateur en aluminium et vous vous laisserez facilement emporter par les 435 chevaux et 400 livres-pied de couple de cette grosse bête pesant 1 756 kilos (3 863 livres). Sa boîte manuelle à 6 rapports fonctionne parfaitement, son levier ferme s’accompagnant d’un embrayage lourd. Pas au point de devoir passer plus de temps au gym pour renforcer vos muscles, car la manipulation de cette boîte demeure somme toute facile, mais l’étoffe qu’on sent est le genre de chose que la majorité des voitures sport importées ne peuvent reproduire.

D’ailleurs, les prouesses mécaniques de la Ford Mustang GT décapotable 2016 égalent et parfois même surpassent celles desdites importées. La boîte manuelle Getrag MT-82, inaugurée en 2011, a été améliorée côté sensation et fiabilité depuis ce temps, tandis que l’adoption d’une suspension arrière indépendante par la Mustang de 6e génération a forcé les ingénieurs à renforcer le différentiel arrière de 8,8:1 au niveau d’un de 9,75:1, d’où son surnom de « Super 8.8 ». 

Le résultat est du bonheur pur et instantané, une voiture qui plante ses gros pneus Pirelli P-Zero de 19 pouces et s’élance avec une poussée incroyable, le tout accompagné d’effets sonores du tonnerre et d’une vision périphérique embrouillée. Pendant ce temps, la nouvelle suspension arrière garde la Mustang GT décapotable à plat lors des virages rapides et minimise l’impact des bosses et des nids-de-poule, éliminant du même coup le sautillement du train arrière et améliorant le confort de roulement dans l’ensemble.

Je pourrais en dire long sur la conduite et les attributs uniques de cette GT (notamment sa barre de renfort de tourelles d’amortisseurs sous le capot), mais tout ce qui n’a aucun lien avec la performance vous importe sans doute peu, comme la consommation d’essence de 15,8 L/100 km en ville et de 9,3 L/100 km sur l’autoroute. Je vais juste ajouter ici qu’il ne manque rien de ce qu’on retrouve habituellement dans un coupé sport haut de gamme, excepté peut-être une aide électronique pour nous garder dans la bonne voie. Un système de surveillance des angles morts avec alerte de circulation transversale arrière est disponible en option. Idem pour un avertisseur de collision avant. 

Une GT Premium équipée à la hauteur
La Ford Mustang GT décapotable 2016 n’est offerte qu’en version Premium. En plus des commodités et des éléments de design déjà mentionnés, elle comprend de série des phares à décharge à haute intensité, des feux de jour à DEL, de feux arrière séquentiels à DEL, un éclairage de seuil projetant sur le sol le logo de la Mustang, des plaques de seuil illuminées, un éclairage intérieur ambiant, des sièges avec réglages électriques et bien sûr le nouveau système d’infodivertissement SYNC 3. Ce dernier représente l’ajout le plus important au modèle 2016 et rétablit Ford comme leader en électronique grâce à sa compatibilité avec Apple CarPlay et Android Auto, à ses nombreuses applications téléchargeables et à son infographie aussi belle que rapide à s’afficher.

Un ensemble d’options de 2 000 $ bonifie l’équipement avec un système de surveillance des angles morts, la mémoire de position des sièges et des miroirs latéraux ainsi qu’une puissante chaîne audio Shaker. Pour sa part, l’ensemble GT Performance de 3 700 $ inclut les magnifiques jantes au fini noir lustré, des pneus d’été de performance (255/40R19 à l’avant et 275/40R19 à l’arrière), des freins Brembo, une barre de renfort de tourelles d’amortisseurs, un revêtement en aluminium « Engine Turn » sur le tableau de bord et des jauges de pression d'huile et d’aspiration. Ce qu’on ne peut voir, du moins facilement, c’est le plus gros radiateur, le différentiel arrière Torsen de 3,73:1, les ressorts avant plus robustes, les plus grandes barres antiroulis (à l'avant et à l'arrière), le réglage spécifique du châssis et l’antidérapage reprogrammé. Ah, j’oubliais : l’aileron arrière est supprimé. 

L’avertisseur de collision avant se retrouvait dans mon modèle d’essai, mais ce sont plutôt les balais essuie-glace à capteur de pluie et le régulateur de vitesse adaptatif qui justifient l’ensemble sécurité de 1 600 $ selon moi. Par ailleurs, le système de navigation est un 800 $ bien investi étant donné que SYNC 3 fonctionne tellement bien. On pourrait en ajouter encore et encore, mais sachez que j’ai testé une Ford Mustang GT Premium décapotable qui valait 58 098 $, soit 8 650 $ de plus que le prix de base de cette version (49 448 $). 

Est-ce trop cher pour une Mustang? Pas du tout. Je vous rappelle qu’une BMW aussi performante, genre la M4, coûte environ 15 000 $ de plus et manque plusieurs des gadgets énumérés plus haut. Elle ne recevra pas non plus autant de bons mots que l’Américaine. Je l’aime bien quand même; c’est juste qu’elle n’incarne pas une tradition vieille de plus de 50 ans. 

Si vous avez les moyens de dépenser au-delà de 80 000 $, il y a toujours la nouvelle Shelby GT350R de 529 chevaux. Sinon, le V6 atmosphérique de 3,7 litres produisant 300 chevaux ou le 4-cylindres EcoBoost turbocompressé de 310 chevaux demeure intéressant aussi. Ford a vraiment pensé à tout dans le cas de la Mustang, donc vous êtes certain d’en trouver une qui réponde à vos besoins, à vos goûts et à votre budget. Peu importe votre choix, je vous félicite.

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
90%
Ford Mustang 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Ford Mustang GT 2016
Ford Mustang GT 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :K.Tuggay
Ford Mustang GT 2016