Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Hyundai Genesis 2012 : premières impressions

Hyundai Genesis 2012 : premières impressions

Du luxe là où l'on s'y attend le moins Par ,

LAS VEGAS, Nevada – Il arrive que nos expériences passées laissent des marques ou des souvenirs qu'on n'oubliera pas de sitôt – par exemple un accident traumatisant, la perte d'un objet de valeur ou encore une voiture minable. Croyez-moi, conduire un navet peut vous affecter à vie. Le cas échéant, la compagnie qui en est responsable voit son image entachée à jamais.

L'élégante « sculpture fluide » que constitue cette berline démontre la volonté de Hyundai de rehausser son jeu de plusieurs crans et de rendre ses produits nettement plus raffinés, voire luxueux. (Photo: Miranda Lightstone/Auto123.com)

C'était le cas de Hyundai jusqu'à récemment.

Lors d'un souper à Las Vegas, des collègues et moi avons partagé quelques histoires vécues par des membres de nos familles avec ses différents véhicules, de la Pony à l'Accent 2003 en passant par la Stellar. Comme vous vous en doutez, celles qui ont connu une fin heureuse pouvaient se compter sur les doigts de la main. Or, ces expériences nous ont fait réaliser à quel point Hyundai a progressé au fil des ans.

En scrutant la nouvelle Genesis 2012, certains pourraient être étonnés de voir le « H » incliné sur la calandre, mais ce n'est pas une erreur. L'élégante « sculpture fluide » que constitue cette berline démontre la volonté de Hyundai de rehausser son jeu de plusieurs crans et de rendre ses produits nettement plus raffinés, voire luxueux. D'un bout à l'autre, la Genesis veut passer un message – peut-être pas aussi clair que celui de sa grande sœur, l'Equus, mais on le comprend bien quand même.

À l'avant, le regard se pose tout de suite sur les nouvelles diodes électroluminescentes intégrées aux phares pour conférer à la voiture la physionomie agressive d'un félin. Sur les flancs, vous remarquerez les bas de caisse d'allure plus sportive, tandis qu'à l'arrière, les feux redessinés surplombent les deux embouts d'échappement symétriques qui, à mes yeux, équilibrent parfaitement la Genesis.

Deux versions figurent au menu pour l'année-modèle 2012, celle au V6 de 3,8 litres et la sportive R-Spec au V8 de 5,0 litres (je parlerai des moteurs un peu plus tard, n'ayez crainte). Leur principale différence physique s'avère le diamètre de leurs jantes, soit 17 et 19 pouces, respectivement. Pour être honnête avec vous, j'ai dû me fier aux écussons sur le coffre pour les distinguer – ce qui est une bonne chose, selon moi. L'une des rares autres compagnies qui jouent la carte de la subtilité avec ses modèles plus sportifs est Audi et j'adore leur petit côté « allez, viens m'essayer pour voir ».

Deux versions figurent au menu pour l'année-modèle 2012, celle au V6 de 3,8 litres et la sportive R-Spec au V8 de 5,0 litres. (Photo: Morgan J Segal)