Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Hyundai Santa Fe 2.4 GL 2010 : essai routier

Hyundai Santa Fe 2.4 GL 2010 : essai routier

Par ,

Je suis vraiment chanceux. J’essaie un nouveau véhicule à chaque semaine et, quand un projet de voyage s’annonce, je fais tout ce que je peux pour obtenir un modèle qui a de la classe. Il y a quelques semaines, j’ai vécu la plus grande aventure de ma vie en conduisant une smart fortwo au-delà du cercle arctique avant de revenir jusqu’à Vancouver — un total de près de 5300 kilomètres! Comment faire mieux?

Avec une cote de fiabilité toujours en hausse et un prix hautement concurrentiel, que demander de plus? (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Bon, il se peut que la fortwo ne soit pas votre premier choix pour un si long périple, mais je ne crois pas non plus que vous ayez souvent la chance de rouler en BMW 550i GT ou en Lexus GX 460. En revanche, le véhicule qui m’a récemment conduit de Montréal jusqu’à Toronto pour le Salon de l’auto du Canada en est un qui pourrait très bien se trouver dans votre entrée au moment où l’on se parle. J’ai nommé le Hyundai Santa Fe 2010.

Du style pour une bonne cause
Le Santa Fe original manquait clairement de style et de bon goût. Un de mes collègues, dans une de ses fameuses déclarations, l’avait déjà comparé à une face de cochon ambulante. Je ne saurais employer des mots aussi péjoratifs, mais il est vrai que ce VUS multisegments figurait parmi les plus affreux sur le marché. Hyundai a remédié à la situation en lançant la deuxième génération pour l’année-modèle 2007. Et comment!

Bien que le design du Santa Fe demeure un peu générique, il se montre quand même attrayant pour un très grand nombre de consommateurs. Le millésime 2010 arrive en milieu de génération et se caractérise par une refonte appréciable. Les changements à l’avant et à l’arrière sautent le plus aux yeux. Les moulures et les jantes profitent elles aussi d’un rafraîchissement.

L’habitacle n’a pas reçu autant de soins que l’extérieur, mais c’est normal : il n’en avait pas besoin. Le tableau de bord conserve une belle allure moderne, tandis que la finition ne trouve pas d’égal dans la catégorie. Mon seul reproche concerne la position de conduite; malgré la colonne de direction inclinable et télescopique, je n’ai pas été en mesure de me sentir totalement à l’aise au volant. Il faut admettre que les sièges baquets offrent un support limité, surtout pour un voyage comme mon aller-retour à Toronto. Au moins, le volume de l’habitacle s’avère considérable, et ce, même pour cinq adultes et leurs bagages.

Le tableau de bord conserve une belle allure moderne, tandis que la finition ne trouve pas d’égal dans la catégorie. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)