Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Lexus GS 350 TI 2011 : essai routier

Lexus GS 350 TI 2011 : essai routier

Toujours sur le droit chemin Par ,

Avec la quantité de gravier et de débris sur nos routes à ce temps-ci de l'année, le système de traction intégrale de la Lexus GS 350 TI 2011 minimise le patinage et garde la voiture sur le droit chemin. Même en lui mettant de la pression sur des échangeurs glissants, il fait équipe avec le dispositif de contrôle de la traction pour maintenir la trajectoire désirée. Au diable tout ce sable fin!

J'ai également roulé sur quelques-uns des chemins de gravier les plus détrempés. Outre le problème de garde au sol par endroits (il s'agit d'une voiture, après tout), je n'ai jamais douté de la capacité de la GS 350 de tirer son épingle du jeu. J'ai quand même évité les sections inondées, car si on ne peut voir la chaussée, mieux vaut ne pas s'y aventurer. Les ouvriers qui réparent les routes ne veulent surtout pas plus de travail!

La GS 350 TI peut encore ridiculiser de nombreuses berlines soi-disant sport ou haute performance sans faire suer le conducteur. (Photo: Charles Renny/Auto123.com)

Luxe et performance au volant
J'ai remarqué que cette vénérable Lexus a changé de personnalité au fil des ans; jadis axée sur la conduite sportive; elle privilégie maintenant le luxe. Je précise : elle demeure tout aussi sportive qu'auparavant, mais son emphase sur le luxe a pris le dessus. La GS 350 TI peut encore ridiculiser de nombreuses berlines soi-disant sport ou haute performance sans faire suer le conducteur, mais on ne le sent tout simplement pas avant que la pédale d'accélérateur ait dépassé le milieu de sa course.

Rétrograder d'un rapport ou deux pour faire grimper le régime aide merveilleusement la chic Japonaise à s'élancer au devant du peloton. Si vous tenez à jouer avec les rapports à votre guise, la compagnie a inclus un mode séquentiel; suffit de déplacer le levier dans la grille +/- et de s'amuser!

En ce qui me concerne, j'ai préféré laisser la boîte de vitesses en mode automatique la majorité du temps – un peu par paresse, je l'avoue (l'électronique effectue tellement du beau travail quand vient le temps de choisir le bon rapport au bon moment) et surtout parce que la beauté de la GS 350 est de pouvoir vraiment se la couler douce sur la route.

Le juste milieu
L'équilibre entre confort de roulement et maniabilité s'avère remarquable. En outre, les sièges accommodent une foule de gabarits différents tout en incorporant des appuis latéraux fermes qui retiennent le corps bien en place durant les manœuvres de virage plus rapides. Pendant ce temps, la suspension amortit toutes les bosses et les dépressions rencontrées, mais elle demeure suffisamment rigide pour ne pas donner l'impression que la voiture va se renverser dans les courbes attaquées trop agressivement.

Les sièges incorporent des appuis latéraux fermes qui retiennent le corps bien en place durant les manœuvres de virage plus rapides. (Photo: Lexus)