Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mercedes-AMG GT S 2016 : essai routier

Mercedes-AMG GT S 2016 : essai routier

Le cœur et la raison Par ,

Gordon Wagener, vice-président du design chez Mercedes-Benz, a trouvé la meilleure façon de décrire la nouvelle Mercedes-AMG GT S 2016 : c’est l’amalgame d’un bon moteur puissant et d’une technologie hyper sophistiquée. 

Si le cœur est séduit par la silhouette époustouflante de la voiture et les vitesses folles qu’elle nous promet, la raison nous rappelle qu’on pourrait très bien mourir en voulant exploiter tout son potentiel. 

Et comme le dit si bien l’un des frères Keno à propos des bolides de performance, tous les sens sont sollicités. La GT S en est une très belle preuve. 

Les attentes
Voilà le genre de pensées et d’émotions avec lesquelles je jonglais en recevant les clés d’une sublime Mercedes-AMG GT S peinte en Blanc diamant métallique. Je ressentais des frissons jusque dans le bout des doigts et des orteils. Mes attentes étaient nombreuses et très élevées, comme me faire arranger le portrait (en mieux, idéalement). Finalement, tout au long de ma semaine d’essai, j’ai eu droit à quelques déceptions.

Avec la SLS AMG, je pense que Mercedes a simplement voulu étaler son savoir-faire, sans mettre tout l’effort nécessaire. Dans le cas de ce nouveau coupé, je suis convaincu que son équipe a travaillé vraiment fort, mais elle a un peu trop poussé la note. Si l’une parle d’elle-même, l’autre a besoin de porte-paroles. 

Vous me comprenez? Suis-je le seul à penser ça parmi tous les conducteurs qui les ont essayées?

Pas une GT
En vérité, la Mercedes-AMG GT S 2016 est moins une GT (grand tourer ou, si vous préférez, grande routière) que la SLS AMG. On peut d’ailleurs voir une image de cette dernière sur la page de Wikipédia qui nous explique ce qu’est ce genre de voiture. 

Aussi magnifique soit-elle, peut-être même une œuvre d’art, la GT S n’est pas confortable. À moins de filer à vive allure sur l’autoroute, on se fait brasser la cage comme à bord d’une Porsche 911 GT3. Je ne m’attendais pas du tout à ça! D’un autre côté, il se peut que le seul problème de cette voiture soit son appellation – en tout cas, c’est ce que je me suis dit la première journée.

Toutes les voitures de performance et de prestige, allant d’une simple Porsche Cayman à une exotique Lamborghini Huracan, soulèvent des passions et font le bonheur des sens. La Mercedes-AMG GT S sait vraiment nous régaler à ce niveau. Son design est plus racé que celui de la SLS AMG et se rapproche même de la légendaire SLR. Or, si vous trouvez l’extérieur impressionnant et riche en détails, attendez de voir ce que vous réserve l’intérieur!

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Mercedes-AMG GT 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Mercedes-AMG GT S 2016
Mercedes-AMG GT S 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :S.D'Amour
2016 Mercedes AMG GT S pictures

Un habitacle de première classe
L’espace est généreux malgré une console centrale aussi grosse qu’un siège. Il s’agit de la pièce de résistance à bord et sa forme nous rappelle une prise d’air de fusée. Huit boutons sont disposés en « V » (comme dans V8, peut-être?), le tout accompagné du levier de vitesses, de la manette COMAND et de porte-gobelets d’une taille rarement vue (bonne nouvelle pour ceux qui transportent un très grand café Tim dans l’auto!) 

Quatre des 8 boutons en question influencent le tempérament de la voiture; à mon avis, certains devraient même afficher un avertissement. Celui en haut à gauche est la commande AMG DYNAMIC SELECT, qui transforme la méchante bête en un véritable démon. 

Cinq modes sont proposés : Confort, Sport, Sport +, Course et enfin Individuel. Même en choisissant le premier, la Mercedes-AMG GT S se montre à peine civilisée. Je ne parle que de la boîte de vitesses, ici, car la suspension sport AMG RIDE CONTROL a ses 3 modes à elle : Confort, Sport et Sport +. Son bouton se trouve en bas à gauche.

Au-dessus de la gigantesque console, 4 bouches d’aération et l’écran du système d’infodivertissement prennent place. De chaque côté, il y a des sièges sport incroyablement douillets et enveloppants qu’on peut ajuster à l’infini ou presque. Quant au levier de vitesses à la base du V, je le trouve beaucoup trop reculé pour un usage normal. Je devais d’ailleurs tourner mes hanches pour le manipuler. Si j’avais effectué un demi-tour dans une rue étroite, je crois que j’aurais dû rendre visite à un chiro!

De violentes accélérations
Bon, assez discuté des choses que vous pouvez voir sur des images de la Mercedes-AMG GT S. À quel point est-elle rapide? Vous n’avez pas idée. Son V8 biturbo de 4,0 litres attaque la chaussée avec une telle violence que ma tête et le haut de mon corps étaient souvent projetés au fond du siège. Dans la plupart des voitures sport, j’arrive à résister à la poussée au moment de l’accélération, mais dans ce cas-ci, même si je savais ce qui s’en venait, je me faisais surprendre chaque fois.

Le moteur est autant un chef-d’œuvre qu’un bijou de technologie. Normalement, les turbocompresseurs s’alimentent des gaz d’échappement et sont donc situés derrière ou à même le collecteur d’échappement. Ici, ils se trouvent au milieu du « V » des cylindres, ce qui offre plusieurs avantages, dont un moteur plus compact et une admission d’air frais plus directe. Grâce à une pression de 1,2 bar, la puissance atteint 503 chevaux et le couple, 479 livres-pied. Ces chiffres ne vous impressionnent pas? Préparez-vous quand même à vous faire botter le derrière.

La violence à laquelle j’ai fait allusion vient du fait que tout le couple se libère de 1 750 à 4 750 tours/minute, après quoi la cavalerie sort en entier à 6 250 tours/minute. C’est malade, croyez-moi. La Mercedes-AMG GT S est l’une des voitures les plus explosives que j’ai conduites dans ma vie. Elle nous assomme et nous bouscule au fond du siège comme un dur à cuire fait taire un importun.

Au freinage, l’effet est tout aussi frappant. On peut lancer la machine à des vitesses extraordinaires et la ramener dans la légalité en un rien de temps. Les freins s’avèrent extrêmement sensibles et puissants.

Une boîte de vitesses à perfectionner
Une boîte à double embrayage AMG SPEEDSHIFT à 7 rapports transfère la puissance au différentiel arrière à glissement limité. Comme vous le savez sans doute, Porsche est la spécialiste de ce genre de boîte de vitesses; je m’attendais à ce que Mercedes-AMG soit à la hauteur de sa rivale de Stuttgart, mais ce n’est malheureusement pas le cas. En ville, la boîte AMG SPEEDSHIFT est lente d’exécution, surtout à basse vitesse, que l’on utilise les sélecteurs manuels au volant ou non. De plus, les manœuvres avance-recule à répétition peuvent devenir frustrantes dans les endroits restreints.

Je suppose que la majorité des propriétaires vont se limiter à conduire leur super bolide de 150 000 $ le dimanche après-midi ou quand ils se donnent rendez-vous pour boire un café et jaser, mais si vous osez la pousser à fond en mode Sport ou Sport +, vous vivrez des sensations fortes, je vous le garantis!

Elle colle à la route
Malgré son allure imposante, la Mercedes-AMG GT S 2016 se montre agile sur la route. Le moteur est l’un des plus légers de l’histoire dans sa catégorie, le poids de la voiture est réparti 47/53 entre l’avant et l’arrière, tandis que la structure se compose de matériaux exotiques.

Par ailleurs, les réglages de la suspension sont le fruit de quelque 33 000 kilomètres d’essai sur le fameux circuit du Nürburgring. C’est bien beau pour la conduite sportive et les journées de roulage en piste, mais je ne suis pas certain que le roulement de la GT S soit assez souple pour un usage quotidien, et ce, même en mode Confort. Oui, les amortisseurs font leur travail et gardent la voiture parfaitement à plat et collée à la route en tout temps (le niveau d’adhérence est fantastique!), mais vous devrez faire de gros efforts pour éviter les nids-de-poule si vous ne voulez pas perdre la boule.  

De même, il faut un peu de temps pour s’habituer à la direction. Comme c’est toujours le cas lorsqu’on s’assoit juste en avant de l’essieu arrière, on a vraiment l’impression que le nez de la voiture dicte la marche. Le volant AMG PERFORMANCE ne requiert que 2,4 tours pour passer d’une butée à l’autre, alors vous comprendrez qu’il est très sensible. La position de conduite et la direction nerveuse nous donnent la sensation de piloter un vrai bolide de course. 

Pas mon genre
Mon évaluation de la Mercedes-AMG GT S 2016 n’est pas aussi positive que la majorité, mais c’est aussi parce que l’exemplaire que j’ai testé grinçait, résonnait et vibrait comme on entend très rarement une Mercedes le faire. J’ai questionné le représentant de la compagnie à ce sujet et il m’a dit qu’il n’y avait rien d’anormal.

Bref, cette voiture sport est remarquable, mais parce qu’elle se montre si brute et si radicale, je n’arrive pas à croire qu’elle porte une étoile d’argent à 3 pointes. Ça va pour une 911 GT3, une Dodge Viper ou une Nissan GT-R, mais pas pour une Mercedes.

Traitez-moi de fou si vous voulez, mais je ferais personnellement une croix sur cette voiture. C’est l’équivalent automobile d’une super belle fille bien habillée qui fume, boit, chique du tabac, rote et pète. Je sais que je peux m’amuser en débile avec elle, mais je préfère quand même la petite mignonne qui, sous ses airs décontractés, cache une foule de talents. Vous voyez ce que je veux dire?