Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mitsubishi Endeavor SE 2010 : essai routier

Mitsubishi Endeavor SE 2010 : essai routier

L'oublié! Par ,

Les fabricants d’automobiles s’apparentent aux chanteurs populaires. Parfois, ils signent des succès. On n’a qu’à songer à la Mazda Miata ou au Ford Escape, deux véhicules qui traversent le temps avec une popularité relativement constante.

Le Mitsubishi Endeavor, vous connaissez? Ne soyez pas gêné de répondre par la négative! (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Parfois, ils font aussi des bides. Pensez au Suzuki X-90, au Subaru Tribeca et à la Chevrolet HHR, pour ne citer que ceux-là. Des véhicules qui, sans être des citrons, ont simplement manqué la coche pour finalement sombrer dans l’oubli.

Le Mitsubishi Endeavor fait partie de ceux-là. Il n’est ni mauvais, ni laid. Il est seulement arrivé au mauvais moment sur le marché. Il a été lancé au Canada en 2004, deux ans après l’ouverture des premières concessions Mitsubishi locales. Une époque où les acheteurs ne sont absolument pas conditionnés à inscrire les produits Mitsubishi dans leur processus d’achat de véhicules neufs. Puis, deux ans plus tard, une crise économique éclate aux États-Unis. Dès lors, les acheteurs du continent entier délaissent les utilitaires de ce genre et optent pour des véhicules plus petits, moins chers, moins énergivores.

Chez nos voisins du Sud, les ventes d’Endeavor sont en chute libre depuis l’année de son lancement. Au Canada, c’est pire. Se situe au plus bas du tableau des ventes, le nombre de consommateurs (ou de braves, c’est selon) qui choisissent l’Endeavor plutôt qu’un Honda Pilot, un Ford Explorer ou un Toyota 4Runner. En 2009, on comptait à peine plus de 500 à le faire, pas plus, et au terme du premier semestre de 2010, moins de 200. Ouch!

Alors, vaut-il la peine d’acheter un Endeavor aujourd’hui? Si la notion de valeur de reprise ne constitue pas un critère d’achat majeur pour vous, peut-être que oui. À tout le moins, si le prix est bon. Ce qui devrait être le cas puisque, règle générale, un concessionnaire de la marque qui aurait un Endeavor en inventaire se montrera sûrement très ouvert à la négociation!

Dépassé mais pas déplaisant!
Il a beau être dépassé en matière de style et de design intérieur, son aménagement pratique et sa dotation complète conservent tout de même un certain attrait.

La seule version qui figure au catalogue 2010 est désignée par les lettres SE. Cet utilitaire de taille intermédiaire à châssis monocoque a cinq places. Il est doté d’un V6 de 3,8 litres qui transmet ses 225 chevaux aux roues motrices par le biais d’une boîte de vitesses Sportronic automatique à 4 rapports avec mode séquentiel.

Il a beau être dépassé en matière de style mais son aménagement pratique et sa dotation complète conservent un certain attrait. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)