Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mitsubishi Lancer Ralliart 2011 : essai routier

Mitsubishi Lancer Ralliart 2011 : essai routier

Par ,

La Mitsubishi Lancer Ralliart est un imposteur, un vrai. Elle se présente comme une simple Lancer, se détaille à bon prix, et se donne une allure d’humble berline sport. Mais voilà que, quand on saute derrière le volant, on a presque l’impression d’avoir affaire à une Evo.

Un peu comme si la Evolution avait déteint sur ses petites sœurs, en négligeant quelques aspects évidemment. Peut-être cela explique-t-il le manque de popularité de la EVO qui a couru à sa perte (la Evolution sera possiblement abandonnée par Mitsubishi dès la fin de cette année), alors que la Ralliart poursuivra sa route. Du moins pour un moment.

Elle se présente comme une simple Lancer, se détaille à bon prix, et se donne une allure d’humble berline sport. Mais quand on saute derrière le volant, on a presque l’impression d’avoir affaire à une Evo. (Photo: Mitsubishi)

Car avouons-le, la Ralliart, c’est beaucoup de voiture sport pour un prix relativement abordable.

Un style presque identique
Il faut l’avouer, la Ralliart et la Evolution ont un dessin similaire. Par contre le style, je dois l’admettre, ne m’emballe pas particulièrement. Dans les faits, la Ralliart a des petits airs de voitures tunées (disons personnalisées), et pas toujours avec bonheur.

Elle a donc une image qui plaira davantage aux jeunes qu’aux plus vieux. Or, à plus de 30 000 $, rares sont les jeunes qui pourront se la permettre. D’autant plus que ce style ne lui donne pas vraiment l'allure d’une bête de puissance et de performance, plutôt celui d’une berline qui se prend pour une autre.

Dans les faits, la Lancer Ralliart repose sur la base de la Lancer GTS, et non sur celle de l’EVO. Elle en partage tout de même le capot en aluminium avec entrée d’air, plus léger que le capot normal, ainsi qu’un pare-choc proéminent et un double échappement plus sportif.

À l’intérieur, l’habitacle se fait plutôt sobre, étonnamment, puisqu’on se serait attendu à un peu de bling-bling dans ce genre de voiture. Les designers ont légèrement remanié la planche de bord et le volant pour 2011, de fort peu cependant. L’ensemble reste efficace avec une simplicité quasi décevante.

Un bon point quand même pour les sièges, plus enveloppants et nettement plus proches de sièges sportifs.

À l’intérieur, l’habitacle se fait plutôt sobre, étonnamment, puisqu’on se serait attendu à un peu de bling-bling dans ce genre de voiture. (Photo: Mitsubishi)