Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Mitsubishi Lancer Ralliart 2011 : essai routier

Mitsubishi Lancer Ralliart 2011 : essai routier

Beaucoup plus qu'une simple Lancer Par ,

La dernière fois que j’ai conduit la Lancer de base, c’était l’an dernier, quand ma copine magasinait une nouvelle voiture. Elle savait qu’elle voulait une berline commode à quatre portières, sans plus. Nous avons essayé une Honda Civic, Mazda3, Ford Focus et Mitsubishi Lancer.

Elle n’a pas pris la Lancer, car même si elle adorait son look, nous avons toutes deux trouvé l’expérience un brin banale, et l’habitacle un tantinet fade.

La Ralliart a beaucoup plus de gueule que la Lancer de base. (Photo: Lacey Elliott/Auto123.com)

Nous avions par contre craqué pour le style de la Ralliart, mais avec un prix de base juste en deçà de 32 000 $, la colérique berline haute performance dépassait son budget.

Cette berline sport arbore peut-être l’emblème de la Lancer, mais la Ralliart s’attaque aux Subaru Impreza WRX et MazdaSpeed3 de ce monde.

La Ralliart a beaucoup plus de gueule que la Lancer de base. Les bouches d’air du léger capot en aluminium approvisionnent le turbocompresseur en air frais et laissent une première impression d’immense agressivité. Sa silhouette n’évoque que le sport avec ses grosses jantes en alliage de 18 pouces, livrées de série sur la Ralliart, et la ligne de caisse déferle des phares jusqu’à l’aileron.

C’est incroyable à quel point quelques simples ajouts, comme un aileron et des jantes plus imposantes, peuvent transformer une voiture.

Si la Ralliart ressemble à la WRX, la calandre de la Mitsubishi me ravit. En y prenant place, je dois tout de même avouer que Subaru et Mazda réussissent mieux leurs habitacles.

En effet, l’intérieur de la Mitsubishi est on ne peut plus ordinaire. J’espérais que l’appellation Ralliart poétiserait les choses, en vain. Il se veut élémentaire, un point c’est tout. Et il faudrait vraiment revoir les commandes et l’affichage désuets de la chaîne sonore. Or, une pointe de chrome cerne joliment les boutons du système CVCA. Je ne suis pas certaine pourquoi Mitsubishi a choisi d’en rester là avec ledit chrome.

Au moins, l’utilisation de matériaux plutôt agréables au toucher empêche l’habitacle d’avoir l’air bon marché. Le volant gainé de cuir s’orne de piqûres blanches reprises sur le pommeau du levier de vitesses. Un petit détail, certes, mais un détail qui ajoute un peu de vie à cet environnement spartiate.

L’intérieur de la Mitsubishi est on ne peut plus ordinaire. (Photo: Lacey Elliott/Auto123.com)