Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nissan Rogue SL à TI 2010 : essai routier

Nissan Rogue SL à TI 2010 : essai routier

L'autre véhicule multisegments compact Par ,

J’ai abondamment écrit sur le sujet dans le passé et les récentes statistiques de ventes tendent à justifier mon raisonnement. Le marché actuel est dicté par les produits offerts. Cela veut dire non seulement que les manufacturiers doivent combler tous les créneaux ou presque, mais aussi que chacun de leurs produits doit se montrer intéressant pour l’acheteur grâce à un petit je-ne-sais-quoi qui retient son attention généralement volatile.

Ce petit Nissan semble satisfaire beaucoup de conducteurs qui tiennent à rouler incognito.

Le créneau des véhicules utilitaires sport/multisegments compacts forme présentement celui où la concurrence affiche le plus de férocité. Avec tous les joueurs nord-américains, coréens, allemands et japonais en lice, bien se démarquer reste crucial si l’on ne veut pas rester à l’arrière-plan. Après tout, quand on rivalise avec les Honda CR-V, Ford Escape, Toyota RAV4, Hyundai Tucson et Volkswagen Tiguan, ne devrait-on pas fournir tout son arsenal?

Où se trouve le piquant?

Le Nissan Rogue, encore considéré comme un nouveau venu dans la catégorie, après avoir remplacé le X-Trail en 2007, me fait mentir dans une certaine mesure. Bien que je trouve qu’il manque de caractère et qu’il n’a vraisemblablement aucune notion de style, le Rogue s’avère un assez bon vendeur. J’ai toujours pensé que l’achat d’un véhicule constitue avant tout une question d’émotions mais, en regardant celui-ci, je n’en ressens aucune.

Or, même s’il n’effleure pas mes cordes sensibles, que sa silhouette paraît fade et dépouillée, sans aucune extravagance, qu’il n’arbore pas le moindre élément distinctif (pas même une calandre massive), qu’il ne provoque pas la controverse et qu’il ne se démarque pas de la masse, ce petit Nissan semble satisfaire beaucoup de conducteurs qui tiennent à rouler incognito.

Même recette, même saveur

Mon sentiment à l’égard du Rogue reste identique une fois monté à bord. Même en version supérieure SL et avec l’ensemble Privilège, l’habitacle demeure relativement insipide. Cela dit, l’ergonomie, la fonctionnalité ainsi que la qualité d’assemblage et de finition sont indéniables. Les sièges proposent un confort et un support convenables; par contre, le réglage de la hauteur du siège du conducteur laisse à désirer. La banquette arrière, pour sa part, offre un bon dégagement au niveau des jambes, mais les appuie-têtes intégrés n’aident pas vraiment à maximiser le soutien et la sécurité des passagers.

Même en version supérieure SL et avec l’ensemble Privilège, l’habitacle demeure relativement insipide.