Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Porsche Cayenne S 2008 : essai routier

Porsche Cayenne S 2008 : essai routier

Par ,

Je devais faire l'essai du Cayenne V6. Malheureusement, comme il n'était plus disponible, on m'a proposé pour quelques jours le Cayenne S V8. J'avais déjà fait l'essai des versions 2007 lors d'un essai remorquage, et de la version 2008 lors de son lancement. J'ai toutefois réalisé que cette version qu'on m'offrait ne comptait pas de suspension réglable et le fameux PDCC (Porsche Dynamic Chassis Control) qui m'avait tant impressionné lors du lancement de ce nouveau modèle. J'avais donc entre les mains la version de base du S au prix de 72 200 $. Qu'en était-il ?

On m'a proposé pour quelques jours le Cayenne S V8.

Aménagement

Le Cayenne S attire toujours l'attention, et sa finition reflète toujours un souci de qualité. S'il faut grimper légèrement pour y accéder, on y trouve une bonne position de conduite. Belle surprise! En prenant le volant par un beau matin frisquet, on profite d'un volant chauffant. L'instrumentation complète compte deux indicateurs de vitesse, un analogique, difficile à consulter, et un numérique, facile à repérer, essentiel dans un véhicule de cette puissance. La ventilation bizone est efficace et silencieuse, mais il m'a fallu chercher pour trouver les réglages de direction des flux d'air cachés sous un joli petit panneau dans la console centrale. Si la chaîne audio fournit une belle sonorité, les commandes du volume au volant sont placées beaucoup trop bas. Dès les 100 km/h, les bruits de vent empiètent sur le calme du véhicule.

Si le coffre est spacieux, le mécanisme pour rabattre les dossiers de la deuxième rangée demande près de 20 minutes (chronométrées) pour obtenir un plancher plat : il faut relever les assises, enlever les appuie-tête et les replacer (difficilement) dans les trous prévus des assises, puis rabattre les dossiers à l'aide des poignées fragiles en plastique. On peut faire mieux et plus simple.

Sur la route
La visibilité est assez bonne, même en marche arrière. Les essuie-glaces font un excellent travail, et les phares éclairent bien les bas côtés. Les gros rétroviseurs offrent un bon angle de vision, mais se salissent trop vite. La direction très précise est agréable et permet d'aligner le Cayenne S dans les virages avec facilité. Le gros V8 de 4,8 litres et la boîte de vitesses Tiptronic à 6 rapports font merveille. En mode manuel ou sport, je préfère passer les rapports avec le sélecteur central plutôt qu'avec les leviers de sélection au volant, question d'ergonomie.

Le gros V8 de 4,8 litres et la boîte de vitesses Tiptronic à 6 rapports font merveille.