Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Rolls-Royce Phantom Drophead Coupé 2011 : premières impressions

Rolls-Royce Phantom Drophead Coupé 2011 : premières impressions

L'opulence en chair et en os Par ,

Inaugurée hier soir, la concession Rolls-Royce Motor Cars de Montréal n'a rien ménagé pour accueillir ses invités aussi impatients que distingués : des sushis fraîchement préparés, des hors-d’œuvres en quantité illimitée, un spectaculaire bar ouvert offrant tous les cocktails imaginables et bien sûr une foule de ravissants modèles Rolls-Royce garés un peu partout.

Le paradis sur quatre roues inclut également une tenue de route précise. (Photo: Rolls-Royce)

Après avoir englouti plus que ma part de sushis et de boules de pommes de terre sucrées frites trempées dans de la mayonnaise chipotle (absolument divin!), j'ai eu la chance d'essayer la toute nouvelle Rolls-Royce Phantom Drophead Coupé 2011.

Évidemment, personne n'a eu besoin de me tordre un bras pour me convaincre. À peine l'invitation sortie de la bouche de la responsable des relations publiques, je lui remettais mon permis de conduire.

Une fois la paperasse suffisamment remplie et ma vie donnée en échange de cette voiture de 450 000 $, je l'ai étudiée attentivement. Arborant une robe de couleur gris fantôme, des lignes sophistiquées et des accents de chrome brossé, elle m'attendait pour me faire découvrir un somptueux intérieur en cuir et en palissandre avec garnitures en chêne brun – à couper le souffle! Et que dire des petits détails? L'emblème RR au centre des roues en alliage de 21 pouces au design étoilé demeure toujours à la verticale, même quand la voiture roule. Se peut-il qu'une bête mécanique soit aussi belle et luxueuse?

Assise au volant de la Phantom Drophead Coupé, le toit à cinq épaisseurs doublé de cachemire déjà dissimulé sous la plage arrière en palissandre, je me suis tout de suite sentie incroyablement importante. Soit dit en passant, le toit haut de gamme se rabat et se replace en 25 secondes, mais il n'accapare jamais le coffre, dont le volume utile reste à 11,1 pieds cubes en tout temps. Puis, j'ai contemplé le long capot et les ailes gracieuses du Spirit of Ecstasy qui orne son extrémité avant (avis aux voleurs : cette précieuse figurine disparaît dans sa cachette à l'arrêt du moteur). Aussitôt, j'ai eu le sentiment d'être transportée.

Après avoir fait connaissance avec la myriade de boutons secrets qui permettent d'ajuster le siège, le volant et de fermer les portes à ouverture inversée sans avoir besoin de s'étirer (quel service!), j'étais enfin prête à décoller.

Elle m'attendait pour me faire découvrir un somptueux intérieur en cuir et en palissandre avec garnitures en chêne brun – à couper le souffle! (Photo: Rolls-Royce)