Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Smart ForTwo 2005

Smart ForTwo 2005

La star! Par ,

La star !

Ceux qui croient qu'il faut inévitablement payer des sommes astronomiques pour se faire remarquer au volant d'une voiture devront désormais avouer leur erreur, puisqu'il le millésime automobile 2005 est marqué par l'arrivée en sol Canadien de la smart. Mais qu'en est-il réellement? Simplement l'une des plus petites voitures au monde, qui connaît depuis cinq ou six ans, un immense succès dans le vieux continent. Anticonformiste comme c'est pas permis, elle est disponible depuis quelques semaines chez les concessionnaires Mercedes-Benz, qui peuvent maintenant se vanter d'offrir une gamme de modèles dont la fourchette de prix est la plus étendue au monde, variant de 16 500 $ à plus de 650 000 $.

Naturellement, la smart ne s'adresse pas à une large clientèle en quête d'une honnête voiture bon marché, comme en ce qui concerne la Hyundai Accent ou la Chevrolet Aveo. Elle désire plutôt attirer les citadins branchés désireux de conduire une voiture non seulement économique et lilliputienne, mais également originale et pourquoi pas, personnalisée. En fait, au même titre que la Mini Cooper, la smart est une voiture jeune et dynamique, qui se traduit en quelque sorte en un mode de vie et une façon de s'affirmer en public. Dans un monde où le m'as-tu-vu demeure la clé du succès, la smart est sans contredit la star, c'est-à-dire celle qui vole le show. Car entre vous et moi, même si une Porsche 911 Turbo de 200 000 $ se situe juste à côté d'elle, vous remarquerez d'abord la plus abordable des deux.

Design et architecture

Que l'on aime ou que l'on déteste, il faut avouer que la smart est actuellement la plus originale et, en ce qui me concerne, la plus mignonne de toutes les petites voitures vendues au pays. D'ailleurs, si vous avez un jour l'occasion d'en conduire une, vous remarquerez inévitablement le sourire et l'expression des gens qui se trouvent autour de vous et dans les voitures voisines. Petite anecdote, je me suis trouvé un matin à passer devant une école primaire située dans le prestigieux quartier FontaineBleau de Blainville, alors que tous les enfants s'y rendaient. Ces derniers étaient à ce point attirés par la voiture qu'il m'a fallu, par mesure de prudence, l'immobiliser quelques instants, pour ne pas risquer de faucher l'un des vingt ou vingt-cinq moussaillons qui tournaient autour. Heureusement, le parent d'un de ces enfants les a ramenés à l'ordre, si bien que j'ai pu ensuite continuer mon chemin. Tout cela pour dire qu'aucune autre voiture que j'ai conduite jusqu'à présent n'a suscité autant d'intérêt de la part du public et de mon entourage, que cette micromachine. Et dire qu'il s'agit de l'une des plus abordables de toutes !

Selon la version choisie, soit Pure, Pulse ou Passion, la ForTwo reçoit une carrosserie arborant une allure monochrome, ou deux tons avec garnitures noires ou argentées. D'une longueur de 2,5 mètres tout juste, elle se distingue par son minuscule porte-à-faux, son absence de capot moteur et sa partie arrière coupée à la hache. Mais nonobstant son format de poche qui la rend unique, ce qui fait son originalité est bien sûr ses couleurs vives, mais aussi la forme tarabiscotée des glaces et des phares. Ceci est sans compter les ailes en relief, qui sont moulées à même les pare-chocs, et les pneus de taille P145/65R15 à l'avant et de taille P175/55R15 à l'arrière.

Comme il n'y a pas de capot, il faut aussi savoir avant de prendre la route, où se cachent le moteur et ses composantes, de façon à pouvoir vérifier le niveau d'huile, de lave-glace et autres liquides. Hors, sachant que le moteur se cachait sous le plancher de ce que l'on appelle chez Smart la soute à bagages, je n'ai pas cru nécessaire de requérir au tour du propriétaire qu'aurait dû m'offrir les gens de chez Mercedes-Benz. Quelques jours plus tard, lorsqu'es venu le temps d'ajouter du liquide lave-glace, j'ai du passer plus de vingt minutes à chercher le damné goulot servant à remplir le réservoir. Après quelques coups de téléphone, j'ai découvert qu'il fallait à l'aide d'un sou noir, retirer une des deux grilles de plastique situées juste au bas du pare-brise, pour ensuite découvrir ce fameux goulot, dans lequel le déversement se fait d'ailleurs de façon hasardeuse, si vous ne traînez pas avec vous un petit entonnoir prévu à cet effet. Donc, je saurai pour l'avenir qu'une voiture n'est pas nécessairement inusitée que dans son apparence.