Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Subaru Forester 2011 : premières impressions

Subaru Forester 2011 : premières impressions

Par ,

Lac Saint-Joseph, Québec – Le Subaru Forester est le véhicule d’un automobiliste qui s’assume. Je pense à ces personnes qui recherchent un utilitaire de taille compacte – un vrai! Pas un de ces véhicules à la silhouette exotique (comme le ZDX), qui se prétendent modulable, mais qui arrive à peine à loger une commande d’épicerie.

Ces acheteurs-là n’ont pas besoin d’une caisse de style excentrique qui flatte leur ego aux dépens des besoins concrets de leur petite famille. Voilà pourquoi on les aperçoit au volant d’un Forester, d’un Ford Escape ou d’un Toyota RAV4. C’est en quelque sorte leur grosse familiale « haute sur pattes ».

Le Forester 2011 (à droite) se distingue du modèle 2010 uniquement par sa nouvelle calandre. (Photo : Luc Gagné/Auto123.com)

Avez-vous un oeil de lynx?
Pour 2011, Subaru propose un Forester qui bénéficie d’améliorations techniques importantes, qui se cachent sous une carrosserie vaguement modifiée. Car il faut avoir un oeil de lynx pour distinguer un modèle 2011 d’un modèle 2010.

Les changements apportés à la carrosserie se résument à deux choses. D’abord, la calandre a subi de petites modifications d’ordre purement esthétique. Ensuite, des changements effectués dans la palette de couleurs, qui gagne trois teintes (bleu marine nacré, argent étincelant métallisé et rouge paprika nacre) et en perd deux (bleu nautique nacré et acier argenté métallisé).

Cependant, les changements les plus importants se retrouvent sous le capot.

Un nouveau moulin
Bien qu’on y retrouve toujours un 4-cylindres atmosphérique à plat, une architecture adoptée par Subaru en 1966, c’est un moteur largement renouvelé qui anime désormais le Forester.

Cette nouvelle mouture du « boxer » de 2,5 litres équipe les quatre versions de Forester 2.5X : de base, Commodité, Tourisme et Limited. D'un moteur à  arbre à cames en tête unique entraîné par une courroie on passe à une architecture à doubles arbres à cames en tête entraînés par une chaîne. Il s’agit presque d’un moteur « supercarré », puisque son alésage et sa course passent de 99,5 x 79,0 mm à 94,0 x 90,0 mm. Des changements  qui s'accompagnent d'une augmentation de la cylindrée de 2 457 à 2 498 cc.

L’architecture du moteur bénéficie de modifications structurelles, qui lui donnent une chambre de combustion plus compacte dont l’aménagement améliore, selon le fabricant, son alimentation en carburant et la qualité de sa combustion.

Plusieurs pièces mobiles principales, comme les pistons (course allongée) et leurs bielles, ont été modifiées pour réduire les pertes engendrées par le frottement. On observerait ici un gain de l’ordre de 30% par rapport à l’ancien moteur; une amélioration qui a un impact direct sur la consommation.

La grande nouveauté du modèle 2011 se cache sous le capot. Il s’agit d’une version améliorée du 4-cylindres à plat de 2,5 litres. (Photo: Luc Gagné/Auto123.com)