Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Subaru Impreza WRX STI 2011 : premières impressions

Subaru Impreza WRX STI 2011 : premières impressions

Mini Godzilla Par ,

Subaru se donne les outils pour prendre le titre de Godzilla des berlines japonaises quatre portes. La nouvelle WRX STI, en plus d'être maintenant offerte en version berline jouit d'un nombre assez exhaustif de modifications. Subaru délaisse un peu la notion de voiture confortable pour un retour aux sources vers la haute performance digne des rallyes.



À l'oeil nu, il est difficile de voir les modifications comme l'élargissement et l'allongement de la carrosserie, la suspension abaissée de 5mm et des jantes de quatre livres plus légères, mais se sont bien quelques modifications importantes. Subaru a complètement retravaillé les aspects dynamiques de sa STI, elle peut maintenant reprendre son titre de reine du tarmac et du gravier.

Il est impossible de ne pas parler des éléments stylisques de la STI sans faire mention des fonctions qui leurs sont rattachées. Elle s'impose avec ses nombreuses sorties d'air pour mieux contrôler la température du moteur, tout comme avec ses voies élargies qui lui permettent une tenue de route hors pair. Les quatre sorties d'échappement à écoulement libre intégré au diffuseur arrière indique clairement sa sportivité et laisse entendre une sonorité musicale absolument magnifique, presque brutale. Les jantes de 18 à flancs bas de style rallye allègent le poids aux roues.

L'aileron arrière possède une courbure étudiée afin de ne pas restreindre la visibilité arrière. En fait, l'ensemble des modifications aérodynamiques de 2011 permettent une amélioration de l'ordre de 5% de sa capacité de pénétration dans l'air.

Ce que l'on ne voit pas!
L'ayant essayé autant sur route que sur circuit, je peux dire qu'il y a une véritable différence entre aujourd'hui et hier au plan du comportement routier. La tenue de route s'est grandement améliorée. Les modifications apportées à la suspension en rigidité de 15% à l'avant et 53% à l'arrière font en sorte, avec les barres stabilisatrices, que le sous-virage est limité au maximum. De plus, les ingénieurs ont retravaillés la rigidité de la structure du châssis aux points critiques afin d'en restreindre la flexion.

L'entreprise introduit la gestion motrice Si-Drive qui consiste en la sélection de trois modes distincts : le mode Intelligent pour les situations de faibles adhérences et préconisant l'économie d'essence, le mode Sport (S) pour la conduite de tous les jours et finalement le mode Sport Sharp (S#) qui réagit instantanément à la sollicitation de l'accélérateur.

L'entreprise introduit la gestion motrice Si-Drive qui consiste en trois modes distincts. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)