Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Suzuki XL7 JLX 2007 : essai routier

Suzuki XL7 JLX 2007 : essai routier

Par ,

Les deux générations du XL7 ont un gros point en commun : ni l'une ni l'autre n'est un produit d'origine, tous deux sont des produits dérivés. Dans le cas de la première génération, ce n'était ni plus ni moins qu'un Grand Vitara allongé pour lui donner deux places de plus, de là l'appellation XL7, XL pour X-large et 7 pour sept passagers.

Le XL7 de dernière génération a été élaboré à partir des utilitaires Chevrolet Equinox et Pontiac Torrent.

La deuxième génération est issue d'une collaboration avec la General Motors. Le XL7 de dernière génération a été largement élaboré à partir des utilitaires compacts Chevrolet Equinox et Pontiac Torrent. En plus d'en partager la plateforme et la mécanique, il partage également l'intérieur. Là encore, on a simplement allongé la plateforme pour lui faire deux places de plus. Le résultat final est plus ou moins convaincant.

Phares à gogo
Dès que l'on voit ce Suzuki, la forme des phares nous frappe. La tentative de design est certainement intéressante, mais le coup d'oeil général n'est pas vraiment agréable. Malgré son absence d'originalité, l'intérieur est sobre, ne fait pas d'excès et est efficace. La finition ne montre aucune défaillance si ce n'est que la qualité des matériaux pourrait être améliorée.

Une fois habitué au style et qu'on a décidé d'aller plus loin à l'intérieur, une belle surprise nous attend. L'équipement général est très complet et offre une longue liste de série. La lecture des instruments est facile et se fait dans un décor sobre; de plus, les commandes sont faciles à manipuler. Par contre, certaines commandes sont mal placées, celle des glaces latérales, notamment.

Comme une familiale d'antan
Si, comme moi, vous être suffisamment âgé pour vous rappeler les grosses familiales des années 70 et 80, vous vous sentirez en territoire connu avec le XL7. L'analogie semble surprenante, mais certaines raisons le justifient. On accède à bord facilement, et l'entrée est bien dégagée; l'arrière bénéficie du même traitement. L'espace est abondant mais, pour cela, on doit faire abstraction de la troisième banquette qui, comme dans le temps, est à peu près inaccessible. Ce n'est pas tellement grave car cette banquette ampute énormément d'espace dans le coffre.

L'équipement général est très complet et offre une longue liste de série.