Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Test comparatif: BMW 545i 2005 contre Audi A6 4.2 2005

Test comparatif: BMW 545i 2005 contre Audi A6 4.2 2005

Par ,

En Allemagne, dans les luxuriantes forêts de Bavière, à peine une cinquantaine de kilomètres séparent Munich de Ingolstadt, les sièges sociaux respectifs de BMW et d'Audi. Depuis le milieu des années '80, quand ces deux compagnies ont commencé sérieusement à entreprendre une ascension dans la chaîne alimentaire de l'automobile, la lutte - autant dans les magazines que dans les salles de montre - entre la BMW de série 5 et l'Audi A6 en est une que les "maniaques de chars" ont pu suivre confortablement, tout en profitant des nombreuses retombées de celle-ci.
 
(Photo: John Leblanc, straight-six.com)
Démographiquement, ces deux voitures sont similaires, autant dans leur conception que dans leurs intentions, et tendent à le devenir davantage avec chaque nouvelle génération. Si ce n'est par leurs performances évidentes ou par leur valeur nette, la BMW 545i (77,700$) et l'Audi A6 (72,900$) représentent la norme à suivre dans la catégorie des berlines sport de luxe intermédiaires européennes. Ce sont ces voitures que les concurrentes visent, et veulent encercler comme des barbares, des concurrentes comme l'Infiniti M45 Sport (71,800$), la Lexus GS 430 (74,700$), et la STS V8 de Cadillac (68,725$), essayant de porter un coup fatal à ces titans teutoniques.

Une autre distance notable fut ces 762 kilomètres nécessaires pour conduire ces deux voitures de Toronto à Détroit, aller et retour, afin de déterminer laquelle de ces deux voitures serait le choix de ceux qui aiment conduire. Des questions, avant de commencer? Certains pensent que la dernière série 5, introduite en 2004, avec sa direction active et son habitacle un peu moins orienté vers le conducteur (à savoir, le système iDrive), amènerait la BMW à viser davantage le luxe, au sein de l'équilibre entre les côtés sportif et luxueux. D'autres pensent que cette toute nouvelle et rutilante A6 est plus portée vers le conducteur que ne l'était l'intermédiaire Audi de l'ancienne génération, et qu'elle ne ferait qu'une bouchée de son opposante dès son entrée sur l'autobahn. Nous verrons bien.
 
(Photo: John Leblanc, straight-six.com)
En montant d'abord dans l'Audi, vous ressentez immédiatement l'espace supplémentaire rendu possible grâce à l'empattement plus long et à l'emplacement plus avancé de la suspension avant, comparativement à la version précédente de l'A6. Contrairement à notre 545i, qui vient - comme toujours - avec les excellents sièges avant articulés de BMW, comme partie d'un ensemble sport complet, l'assise standard de l'Audi est plus accomodante pour de longs voyages que les tréteaux d'un terrain de stationnement.

Prenant place derrière le volant garni de cuir de l'A6 4.2, avec sa garniture chromée trapézoïdale qui vous rappelle constamment la nouvelle calandre corporative d'Audi qui orne l'avant de la voiture, vous faites face à deux unités en forme de goutte d'eau et encerclées de métal, que vous pouvez voir à travers le volant. L'une renferme le tachymètre et l'indicateur de température du moteur, et l'autre la jauge à essence et l'indicateur de vitesse. On retrouve, coincé entre ces deux unités, un petit affichage digital qui présente des informations redondantes provenant de l'ordinateur de voyage et du système de navigation, qui peuvent être aussi lues sur l'écran couleur situé au sommet de la console centrale. On peut accéder à toutes ces informations via l'interface à simple commande, imitation signée Audi du système iDrive, évidemment appelé Multi Media Interface (MMI).