Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai du Toyota 4Runner Trail 2021 : pour la fiabilité avant tout

Des protections d’assurance auto
de qualité, à prix avantageux. Obtenez une soumission en ligne dès maintenant.
OBTENEZ UNE
SOUMISSION AUTO

Auto123 met à l’essai le Toyota 4Runner Trail 2021.

Plus ça va, plus le thème « aventure » devient à la mode dans la plus grosse industrie du monde. Le Jeep Wrangler est déjà un 4x4 omniprésent sur nos routes, tandis qu’un certain Ford Bronco polarise les discussions de passionnés de conduite hors route depuis plusieurs mois, et ce, avant même qu’il n’ait posé ses pneus en sol canadien. Et puis, il y a tous ces véhicules en périphérie (Ford Bronco Sport, Jeep Cherokee Trailhawk, Subaru Outback Wilderness, Toyota RAV4 Trail, etc.) qui séduisent par leur look plus « robuste » et des capacités à peine supérieures (que leurs versions de base respectives) lorsque les conditions routières se détériorent.

Pendant ce temps, dans le coin plus sombre du créneau hors route – le vrai celui-là –, un vieil ami continue sa route sans broncher, j’ai nommé le Toyota 4Runner. Le légendaire 4x4 nippon est en service depuis 1985, mais spécifiquement sous cette forme, il roule sa bosse depuis 2010… une éternité même pour un 4x4 habitué aux routes cabossées.

Le véhicule utilitaire sport de Toyota appartient à la vieille école, celle qui croyait que la route de gravier menant au chalet devait obligatoirement être parcourue au volant d’un vrai de vrai camion, pas un pseudoutilitaire urbain! En vérité, les multisegments qui peuplent nos quartiers sont capables dans la majorité des cas d’affronter ces chemins légèrement accidentés, mais quand ça devient plus ardu, le Toyota 4Runner représente l’une des rares options nobles pour se rendre à bon port.

Portrait d’un 4x4 qui refuse tout simplement d’arrêter…

Shopicar.com, 100% en ligne, magasinez votre voiture, achetez en ligne et on vous livre au Québec!

Toyota 4Runner Trail 2021, trois quarts arrière
Toyota 4Runner Trail 2021, trois quarts arrière

L’édition Trail, c’est quoi?
Pour titiller l’intérêt des aventuriers, un 4x4 se doit d’avoir quelques éléments distinctifs pour signaler à l’entourage que vous êtes au volant d’un véhicule capable de parcourir la planète entière. Des jantes TRD hors route gris anthracite par exemple sont déjà un bon indice du look recherché, mais le panier de toit Yakima ajoute beaucoup de crédibilité à l’image du 4x4 passe-partout.

À ce sujet, ce genre d’équipement est très pratique et bonifie l’image d’aventurier, mais il peut s’avérer problématique dans certains stationnements intérieurs où la hauteur permise n’est pas très élevée. À ne pas oublier, sinon les dommages pourraient être très coûteux!

Le modèle Trail inclut aussi une glacière, un plateau de compartiment de charge arrière coulissant et des sièges recouverts de tissu noir mis en valeur par des surpiqûres marron. Ah oui, la coloration Gris béton à l’extérieur ajoute aussi (un peu) au spectacle. Et il semble que la stratégie du modèle Trail soit de convaincre les acheteurs qui ne sont pas prêts à faire le saut derrière le volant d’une livrée TRD Pro (62 430 $) ou de toute autre version, puisqu’à 48 910 $ (avec le groupe Trail de 2 710 $ inclut), le 4Runner Trail est le plus abordable de la gamme.

Toyota 4Runner Trail 2021, intérieur
Photo : V.Aubé
Toyota 4Runner Trail 2021, intérieur

Vieux, mais efficace (à l’intérieur)
Aussitôt installé au poste du conducteur, on se rend compte de l’âge de conception du 4Runner. La planche de bord appartient aux années 2000, avec plusieurs boutons empruntés au passé de la marque. Plusieurs d’entre eux sont de bonne taille, une bonne chose surtout quand on conduit en hors route où les obstacles brassent le véhicule dans tous les sens.

En revanche, cette simplicité d’une autre époque est presque rafraîchissante à une époque où chaque commande tactile est devenue une occasion d’impressionner le beau-frère. Toutes ces molettes sont très faciles à manier au quotidien, un commentaire qui s’applique aussi au sélecteur de motricité qui fait passer le 4x4 en deux roues motrices, quatre roues motrices ou quatre roues motrices lent selon les besoins du moment. S’il est vrai que certains plastiques font bon marché, l’assemblage ici est réalisé avec rigueur.

Les sièges sont relativement confortables et l’espace est adéquat pour quatre adultes, même à la deuxième rangée qui peut être repliée vers l’avant… en deux étapes. Par contre, lorsque celle-ci est rangée, le plancher de chargement est plat. On peut donc charger de larges objets derrière.

Toyota 4Runner Trail 2021, moteur
Photo : V.Aubé
Toyota 4Runner Trail 2021, moteur

Une mécanique qui appartient à une autre époque
Il est tout de même curieux que les stratèges de la marque aient décidé de conserver le vieux V6 de 4,0-litres de cylindrée alors que le cousin Tacoma est plutôt équipé d’un moteur V6 3,5-litres depuis quelques années déjà. Qui plus est, la boîte de vitesses automatique à cinq rapports est en retard sur ce qui est ou sera offert à bord des deux rivaux américains, le Jeep Wrangler qui a droit à une unité automatique à huit rapports et le Ford Bronco hérite d’une unité à dix rapports.

Néanmoins, ce groupe motopropulseur a fait ses preuves au fil des années. En fait, c’est assurément l’un des critères d’achat du 4Runner, les habitués du modèle qui savent que le véhicule qu’il conduise ne brisera que très rarement au courant de sa vie utile. De plus, la valeur de revente de cette « valeur sûre sur roues » pousse souvent les chercheurs d’aubaines à regarder ailleurs, les prix demandés pour les vieux 4Runner qui dépassent souvent l’entendement.

Là où le bât blesse, c’est au chapitre de la  consommation de carburant, le 4Runner qui flirte avec les 15 L aux 100 km si on ne ménage pas la mécanique. C’est beaucoup!

Toyota 4Runner Trail 2021, trois quarts avant
Photo : V.Aubé
Toyota 4Runner Trail 2021, trois quarts avant

En ville ou en forêt?
Malgré ses airs de véhicule tout-terrain, le Toyota 4Runner Trail 2021 est également appelé à rouler en ville, sur le bitume. À ce compte, le camion basé sur un châssis à échelle fait plutôt bien, notamment parce qu’il est équipé de pneus plus lisses que ceux qu’on retrouve par exemple sur un Jeep Wrangler Rubicon. J’ai d’ailleurs trouvé qu’il n’était pas nécessaire de constamment apporter des correctifs à la direction sur l’autoroute.

Qui plus est, le fait qu’il s’agit d’une livrée de base fait en sorte que la suspension n’est pas aussi ferme que dans le modèle TRD Pro, celui qui justement est appelé à jouer les durs à cuire dans la boue.

Quant à ses capacités hors route, elles ne sont plus à refaire, quoique dans ce cas-ci, un jeu de pneus plus agressifs améliorerait la motricité du 4Runner dans la boue.

Le mot de la fin
Malgré un coefficient d’aérodynamisme aussi efficace qu’un réfrigérateur, une direction légère et relativement imprécise, une suspension qui absorbe tant bien que mal les imperfections des nombreux nids-de-poule du printemps, le 4Runner demeure un véhicule facile à vivre même en ville où les véhicules plus écoénergétiques et plus agiles font mieux en général.

Certes, le Toyota 4Runner Trail 2021 n’est pas un véhicule grand public parce qu’il commande tout de même une jolie somme à la base, mais aussi parce qu’il ne répond pas aux besoins de la majorité. Mais pour ceux et celles qui aspirent à un increvable camion, le 4Runner se doit d’être sur votre liste de véhicules à considérer.

Toyota 4Runner Trail 2021, arrière, toit
Photo : V.Aubé
Toyota 4Runner Trail 2021, arrière, toit

On aime

Le design intemporel
Les capacités hors route
La fiabilité et la valeur de revente

On aime moins

La consommation de carburant
La boîte de vitesses à cinq rapports seulement

La concurrence principale

Ford Bronco
Jeep Wrangler

Toyota 4Runner Trail 2021, calandre
Photo : V.Aubé
Toyota 4Runner Trail 2021, calandre
Photos :V.Aubé
Photos du Toyota 4Runner Trail 2021