Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota Camry Hybride 2008 : essai

Toyota Camry Hybride 2008 : essai

Par ,

Très avantageuse au plan financier et environnemental

Puisque Honda a largué sa Accord Hybrid, Toyota jouit d'une position enviable. Sa Camry Hybride pourrait très bien attirer les acheteurs qui, autrement, se seraient dirigés vers les salles de montre de Honda.

Une Camry ordinaire... jusqu'à ce qu'on jette un oeil sous le capot.

Système hybride synergétique

La fragilisation de notre planète a implanté en nous une conscience «verte» qui nous incite à réduire notre impact sur l'environnement -- ou qui nous fait sentir coupables de rester les bras croisés. Dans mon cas, j'avoue être souvent affligé d'un sentiment de culpabilité. Pour moi, donc, et pour toute autre personne soucieuse de préserver la qualité de nos écosystèmes, la Camry Hybride est un excellent point de départ.

Toyota a énormément d'expérience dans le domaine de l'hybride. La Prius en est une preuve éloquente: sur le marché depuis huit ans déjà, elle s'est forgée une excellente réputation au chapitre de l'efficacité énergétique et de la fiabilité. Maintenant à sa deuxième génération, le «système hybride synergétique» de Toyota se retrouve dans la Camry Hybride et permet à celle-ci de fonctionner uniquement à l'électricité ou avec une combinaison essence-électricité. C'est ce qu'on appelle un système «entièrement hybride».

Tout de suite après avoir pris possession de mon modèle d'essai, je me suis retrouvé sur une autoroute en réparation où quatre voies fusionnaient en une seule. Pendant plus de 10 minutes, le trafic avançait à pas de tortue et j'avais l'impression de gaspiller une précieuse quantité d'or noir. Or, ce n'était pas du tout le cas. En fait, la voiture ne brûlait même pas une seule goutte d'essence, pas plus qu'elle ne rejetait des matières toxiques dans l'air, d'ailleurs. Seul le moteur électrique faisait rouler la Camry Hybride.

Une fois que la circulation ait eu repris son rythme normal, le moteur à combustion de 2,4 litres s'est mis de la partie, aidant la voiture à accélérer avec entrain. Ce moteur sophistiqué à cycle Atkinson et à calage variable des soupapes s'avère aussi économe que discret. Un léger sursaut accompagne toutefois son activation et sa désactivation.

Le groupe hybride qui propulse cette Camry est jumelé à une transmission à variation continue (CVT) qui permet de conserver un régime optimal en vue de maximiser l'efficacité. La puissance nette produite par le système est de 187 chevaux, ce qui est suffisant pour accélérer de 0 à 96 km/h (60 mi/h) en 8,9 secondes, selon Toyota. Voilà une performance somme toute respectable.

Je veux dire par là que la Camry Hybride ne manque jamais de puissance mais qu'elle ne livre pas pour autant des accélérations spectaculaires. Tout est une question de douceur et de constance -- bref, aucun point mort. Les reprises sont assez rapides pour effectuer des manoeuvres de dépassement en confiance lorsque c'est nécessaire.

L'activation et la désactivation du moteur à essence sont presque imperceptibles.