Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota Highlander 4RM Sport 2008 : essai

Toyota Highlander 4RM Sport 2008 : essai

Par ,

Plus de muscle, plus d'espace... mais une maniabilité décevante sur l'autoroute

Le tout nouveau Highlander, entièrement redessiné pour 2008, adopte le style des camions et utilitaires de Toyota tout en se montrant résolument moderne. Dans un marché rempli de véhicules multisegments qui se ressemblent pas mal tous, il est agréable d'en voir un qui se démarque.

La hauteur du véhicule favorise une meilleure vue de ce que nous réserve la route.

Mon modèle d'essai, une version Sport, comprenait des roues de 19 pouces, une suspension sport, des emblèmes spécifiques et quelques autres accessoires appréciés. Dès le premier coup d'oeil, le Highlander m'a charmé par son look robuste et très masculin. À l'avant, surtout, il affiche un air frondeur que l'ancienne génération n'avait pas. De tous les angles, le véhicule paraît reposer solidement sur le sol.

Imposant et confortable
La posture du Highlander donne au conducteur l'impression de dominer la route. Ce dernier est assis haut, comme dans un camion ou presque. Certes, l'accès est un peu plus compliqué en raison de la hauteur de la marche, mais si vous aimez jouir d'une bonne visibilité, vous oublierez vite ce détail.

À l'intérieur, l'espace est abondant aux deux premières rangées; les fauteuils capitaines permettent d'asseoir quatre adultes en tout confort, surtout avec leur dossier inclinable et leur accoudoir. On peut transformer les places de deuxième rangée en une banquette simplement en déployant le siège central escamotable («Toyota Centre Stow»). Elles se rabattent également pour accroître le volume de chargement et coulissent vers l'avant pour faciliter l'accès à la troisième rangée, qui consiste en une banquette pour deux personnes. Mieux vaut y asseoir de jeunes enfants ou, au pire, des adultes qui ne se plaignent pas facilement.

Pratique, chaleureux, sécuritaire et sage
Le Highlander que j'ai testé proposait des sièges avant chauffants revêtus de cuir avec réglages électriques côté conducteur. Le rangement est généreux; soulignons par exemple les six porte-gobelets pour les occupants des deux premières rangées. Tous sont divertis grâce à une chaîne stéréo avec changeur de CD qui livre un son clair et saisissant. Cependant, les mélomanes déploreront le manque de puissance, même à plein volume.

Un petit écran multifonctions ACL renseigne le conducteur sur la température extérieure, la climatisation intérieure et les données de conduite. Il est même relié à une caméra de recul, sans que l'on ait besoin d'opter pour un système de navigation.

La qualité de l'assemblage et des matériaux n'est pas exceptionnelle; en fait, considérant le prix demandé, je la qualifierais de «moyenne». En revanche, les commandes sont toutes énormes et peuvent donc être manipulées facilement avec des gants d'hiver.

Je qualifierais la finition de «moyenne», ce qui est inhabituel pour un produit Toyota.