Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota Matrix TRD 2008 : essai routier

Toyota Matrix TRD 2008 : essai routier

Par ,

On le sait, dans quelques mois tout au plus, elle changera, et l'on connaît déjà son successeur. Mais la Toyota Matrix continue de remporter un certain succès, devenant un petit véhicule passe-partout auquel les gens se sont adaptés.

Bien entendu, elle n'a rien de bien excitant, mais elle a bien rempli sa mission de voiture familiale, offrant un minimum d'espace et de confort à tous ses occupants. Un copain de longue date, père de deux enfants et automobiliste par obligation plutôt que par plaisir, s'en est d'ailleurs procuré une récemment pour transporter sa famille sur les routes. Et plusieurs mois après son achat, il en est toujours satisfait.

Avouons tout de même qu'un bon rafraîchissement s'impose, et que la Matrix, malgré quelques qualités routières indéniables, n'est pas exactement le modèle le plus couru en ville.

La Matrix est une voiture familiale compacte passe-partout.

Une allure vieillissante

Bien sûr, on présente d'abord la Toyota Matrix comme une minifamiliale, et on vante le grand espace de chargement arrière. Ce qui, admettons-le, est tout à fait exact. Les sièges arrière, qui s'abaissent, donnent encore plus raison à ceux qui voudront s'en servir pour le transport.

Mais ce n'est pas sur l'apparence que Toyota mise pour vendre sa minifamiliale. En effet, elle arbore un design vieillissant, sans personnalité et qui n'intègre même pas les qualités de clarté vibrante si chères au constructeur nippon.

Le nez proéminent de la petite voiture lui donne un air félin, certes, mais davantage celui du gros minou que du méchant tigre. Heureusement, la courbe légère du toit la ramène à un visage plus civilisé et très agréable.

L'intérieur, il faut l'admettre, a été soigneusement pensé. Les cadrans, un peu en retrait, confèrent un aspect rétro qui rejoint bien la tendance actuelle. Les commandes, habituellement d'accès facile et bien placées, sont simples à manipuler. Ce qui n'est cependant pas le cas de toutes les commandes...

Notre version d'essai, qui arborait fièrement le sigle TRD (Toyota Racing Development) comptait plutôt sur une radio de performance offerte en option; pour ce qui est du reste des accessoires, mentionnons que le sigle TRD n'apporte que quelques options et aucun avantage mécanique. Ainsi, celui qui paiera pour cette option sera fortement déçu; les commandes sont mal éclairées, impossibles à lire tellement les boutons sont minuscules, et le boîtier lui-même jaillit hors du tableau de bord comme si on l'avait acheté au Dollarama pour l'installer à cet endroit.

Et comble de bonheur, la TRD est aussi livrée de série avec des fenêtres à manivelle.