Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Toyota Prius 2016 : essai routier

Toyota Prius 2016 : essai routier

Comme un vieux chien qui apprend de nouveaux tours Par ,

Nous aimons tous les choses qui durent : l’amitié, l’amour, la carrière, la vie, etc. Dans l’industrie automobile, par contre, la longévité est plus ou moins bien vue. La technologie et les designs évoluent si rapidement qu’il est rare de voir un même produit durer au-delà de quelques années. 

Il y a aussi la Toyota Prius. 

Cette voiture hybride approche son 20e anniversaire et, bien qu’elle ait réussi à demeurer pertinente dans un marché qui progresse et qui devient toujours de plus en plus sophistiqué, j’ai l’impression qu’elle se sent mal dans sa peau. Une nouvelle silhouette hyper anguleuse n’est peut-être pas suffisante pour résister aux Tesla et Bolt de ce monde.

La reine des hybrides 
Commençons par le positif, si vous le voulez bien. Toyota a été la « première » à lancer une voiture hybride viable et pratique. J’ai utilisé les guillemets parce que ceux qui se vantent d’être les premiers à faire quelque chose sont souvent devancés par un ingénieur/scientifique/designer qui a vécu il y a très longtemps et qui a réussi à créer un iPhone avec des tiges de quenouille, du pollen et de l’opium ― enfin, vous comprenez ce que je veux dire.

La Toyota Prius a donc parti le bal et c’est encore elle la reine. Ce titre, elle le mérite bien. Rappelons que la technologie hybride de Toyota n’a presque pas d’égal; elle s’avère super efficace et transparente. 

Les voitures hybrides de Toyota ― et par association celles de Lexus ― représentent d’excellents moyens de sauver de l’essence. Ils sont très nombreux à les adopter; d’ailleurs, Toyota a récemment atteint le plateau des 9 millions d’unités vendues dans le monde.

Le look du Joker 
Bon, parlons de l’éléphant dans la pièce : le nouveau design extérieur radical de la Toyota Prius 2016. Je sais que je ne suis pas la seule à trouver que les stylistes ont poussé un peu trop la note. Les phares, par exemple, s’étirent sur presque toute la longueur du capot! Imaginez subir un accrochage de face ou de côté; ça fait pas mal de morceaux à remplacer… et vu la taille desdits phares, la facture sera élevée. 

À l’arrière, les angles sont tellement pointus et prononcés que ça devient encore une fois excessif. Je comprends que Toyota voulait passer un message et faire en sorte que la nouvelle Prius se démarque, mais je pense qu’ils sont allés trop loin cette fois. 

Vous savez, les modèles exclusivement hybrides de même que les véhicules 100 % électriques ont cette fâcheuse tendance d’adopter un look tellement hors-norme qu’ils finissent par repousser les gens au lieu de les attirer. Tesla fait cependant exception en créant des designs de bon goût. Idem pour Chevrolet ces temps-ci avec la nouvelle Volt de 2e génération (beaucoup plus belle que la précédente) et la future Bolt

À l’intérieur de la Toyota Prius 2016, de petits changements rendent l’habitacle ô combien plus agréable. Fait intéressant, alors que Chevrolet se débarrasse de ses garnitures de tableau de bord au fini blanc piano, Toyota les reprend et les applique dans sa nouvelle Prius. Il s’agit d’un élément de design plutôt unique qui ajoute une petite touche de caractère… si c’est ce que vous recherchez, bien sûr. 

D’un autre côté, je ne raffole pas de la disposition des boutons et des autres garnitures blanc piano sur le volant. Mes pouces en accrochaient accidentellement pendant que je conduisais. 

Toyota a modernisé le bloc de cadrans en incluant 2 écrans couleur de 4,2 pouces côte à côte : l’un pour la vitesse et les données de voyage, l’autre pour l’état de la batterie et ainsi de suite. Un écran couleur tactile de 6,1 pouces (7 pouces en version Touring ou Technologie) orne le centre du tableau de bord. Pour une voiture aussi avancée sur le plan de la motorisation et de la technologie, je trouve étrange que Toyota ne l’ait pas rendu compatible avec les systèmes Apple CarPlay er Android Auto. 

Les sièges avant se révèlent suffisamment confortables, tandis que l’espace à l’arrière convient amplement pour installer un siège de bébé et transporter des sacs d’épicerie. Le coffre, lui, peut engloutir 697 litres de chargement. Je pourrais facilement m’acquitter de mes tâches quotidiennes vu le gabarit de la Toyota Prius 2016. 

Conduire une hybride comme la Prius
Toyota prétend que sa nouvelle Prius 2016 est beaucoup plus sportive et dynamique à conduire, offrant plus d’agrément au volant en général. Je ne suis pas tout à fait d’accord, mais c’est vrai que la voiture paraît plus ferme et plus docile sur la route.  

Dotée d’un moteur à essence de 1,8 litre jumelé à 2 moteurs électriques, la Toyota Prius 2016 génère une puissance de 121 chevaux, ce qui est amplement suffisant pour mouvoir cette compacte à hayon. Une boîte automatique à variation continue (CVT) achemine le tout aux roues avant.

L’ancienne génération me décevait avec sa direction engourdie. Or, les ingénieurs ont remédié à la situation et on le constate tout de suite. En fait, la sensibilité de la direction m’a grandement surprise au début, si bien que j’ai surviré dans les premières courbes que j’ai rencontrées. Bravo à Toyota pour cette remarquable amélioration.

La Toyota Prius 2016 est aussi 60 % plus rigide qu’avant, ce qui accroît sa maniabilité et sa tenue de route. On ne parle pas d’une voiture de course, évidemment, mais si vous désirez vous amuser un peu avec votre Prius, vous pouvez maintenant le faire avec confiance.

La plus grande fermeté de la suspension se traduit certes par un roulement un peu inconfortable sur les routes endommagées ou rapiécées. Dans ces cas-là, j’aurais souhaité un peu plus de souplesse, mais ça aurait compromis le dynamisme dont la Prius a tant besoin. 

Tout ceci étant dit, la vraie raison pour laquelle on achète une Toyota Prius, c’est l’économie d’essence. La compagnie avance un chiffre de 4,4 L/100 km; pour ma part, j’ai enregistré une moyenne dans les 5 L/100 km, sans me forcer. Notez qu’il est possible de rouler en mode électrique jusqu’à une vitesse d’environ 80 km/h; je me suis contentée de filer dans mon quartier à 40-50 km/h, ce qui était parfait. 

Toujours la référence
Au-delà de son look exagéré, la Toyota Prius 2016 reste selon moi la meilleure voiture hybride sur le marché, celle qui sert de référence. Elle exploite l’essence et l’électricité de façon extrêmement fluide, de telle sorte qu’on ne sent pas les transitions entre les moteurs. L’économie de carburant est évidente dès les premiers kilomètres, tandis que la conduite est plus dynamique. Généreuse en termes d’espace, la nouvelle Prius fait assurément un bon véhicule dans la vie de tous les jours. 

Vendue à partir de 27 950 $, la Toyota Prius 2016 est un choix tout indiqué pour ceux qui recherchent une voiture fiable et écoénergétique pouvant circuler en mode électrique une grande partie du temps (à condition d’habiter près de tous les services et de ne pas faire de long déplacements). Gloire à la reine des hybrides! 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Toyota Prius 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Toyota Prius 2016
Toyota Prius 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :M.Lightstone
Photos de la Toyota Prius 2016