Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volkswagen Golf Alltrack 2018 : un deuxième avis

Lorsque je réfléchissais à l’écriture de ce texte sur la Volkswagen Golf Alltrack 2018, je me demandais à quelle époque remontait la présence d’une familiale à 4 roues motrices sur le marché canadien. J’ai dû remonter jusqu’à l’AMC Eagle, dont la production a pris fin en 1988, et à la Toyota Corolla Wagon, dont la commercialisation s’est terminée en 1992. Ça fait donc plus de 25 ans qu’il n’y a pas eu de familiale à 4 roues motrices au Canada. Vous me direz qu’il y a des Audi et des Mercedes, mais on n’est pas dans la même fourchette de prix. 

La Golf Alltrack est toute seule dans sa catégorie. Elle reprend à peu près tous les aspects de la Golf SportWagen, à laquelle on a ajouté un rouage intégral. La garde au sol est aussi plus élevée, une caractéristique qui permet de traverser des bancs de neige plus importants et qui procure une excellente position de conduite donnant l’impression de dominer la route. 

Pendant ma semaine d’essai, Dame Nature a été impitoyable. C’est pas mal ce qu’elle fait depuis le début de l’hiver! J’avais remarqué, lorsque j’ai pris possession de la voiture, les très belles roues en alliage. Elles se sont par contre révélées quelquefois désagréables, puisque la neige colle à l’intérieur de celles-ci. C’est particulièrement difficile à nettoyer. Si on fait exception de ce trait de caractère, survolons l’équipement de cette petite familiale unique sur notre marché. 

Un seul modèle est proposé par Volkswagen et seulement quelques choix sont à faire. Il faut cocher transmission manuelle ou automatique et il y a 2 groupes d’options, l’un pour les aides à la conduite et l’autre est l’ensemble d’éclairage ajoutant des phares à DEL. Ma voiture d’essai automatique avait les 2 groupes d’options. 

L’habitacle était beige, un très bel agencement avec le noir du tableau de bord. Le design est très allemand, moins austère qu’il y a quelques années, mais ça a l’avantage d’être très facile à utiliser. La nacelle d’instrumentation est simplement garnie de 2 énormes cadrans pour le tachymètre et l’indicateur de vitesse. Inclus dans chacun des cadrans, 2 autres petits cadrans pour la température du liquide de refroidissement et la jauge d’essence. Au milieu, le petit ordinateur de voyage nécessite un peu d’apprentissage. Heureusement, j’avais essayé un autre produit Volkswagen la semaine précédente. Il faut donc y mettre le temps, mais il est possible d’y faire afficher les renseignements voulus, notamment la consommation moyenne d’essence longue durée. 
Dans la console centrale, sous les buses de ventilation, ma voiture présentait un système de navigation qui, malgré un fonctionnement agréable, offre les mêmes données que les GPS portables Magellan. Ces données sont loin d’être exactes en région et il est impossible de les faire modifier en se créant un compte comme chez Garmin, Google ou Waze. Le meilleur moyen d’avoir un GPS adéquat est de brancher votre cellulaire et d’utiliser Apple CarPlay ou Android Auto. Pour le reste, le système audio est conçu par Fender, un nom bien connu dans le domaine musical. La sonorité est très bonne et, pour les vieux comme moi, il y a un lecteur CD dans le coffre à gants!  

Plus bas, on retrouve les commandes de ventilation entièrement automatiques et bizone. Facile de les ajuster puisqu’il s’agit simplement de sélectionner la température et d’appuyer sur « AUTO ». On aperçoit aussi des commutateurs de sièges chauffants. C’est simplement dommage qu’il n’y ait pas de volant chauffant! Un peu plus bas, dans un petit coffre de rangement, il y a une prise USB et AUX. Le coffre est toutefois un peu petit pour y entrer le fil et votre appareil électronique, mais je salue quand même l’effort. Finalement, il y a une prise 12V près du levier de vitesses et une dans le coffre de rangement entre les sièges avant. Parfait! 

Le confort des sièges avant n’est pas à remettre en doute. Ils pourraient offrir plus de support latéral, mais la voiture n’est pas vraiment sportive, alors c’est très bien ainsi. L’espace pour les hanches, la tête, les jambes et les épaules est très bon. C’est à l’arrière que ça se gâte. Bien que la banquette soit confortable, l’espace pour les jambes est très juste, particulièrement si les passagers avant reculent leurs sièges au maximum. Comme la clientèle visée est probablement la petite famille type, l’espace sera bien pour de jeunes enfants, mais très juste lorsqu’ils seront adolescents. 

C’est dommage pour les places arrière, puisque l’espace de chargement est très bien conçu. Commençons par la toile, celle qui nous dérange plus qu’elle nous aide habituellement. Dans le cas de la Golf Alltrack 2018, elle est fixée derrière la banquette (comme toutes les autres), mais elle est sur des rails. Elle est donc beaucoup plus rigide et facile à ouvrir ou fermer. De plus, lorsqu’elle est en place, on peut mettre des objets légers dessus. Ce n’est évidemment pas recommandé, mais c’est possible. Ensuite, l’espace est de bonnes dimensions lorsque la banquette 60/40 est à sa place et elle est facile à rabattre grâce à 2 tirettes placées sur les côtés. Il y a même une trappe à skis pour y passer de longs objets sans sacrifier vos places arrière. Finalement, l’amplificateur Fender est installé sur le pneu de secours, sous le plancher du coffre. J’espère que ce pneu n’est pas trop difficile à retirer en cas de crevaison. 

L’ensemble Aides à la conduite ajoute divers dispositifs de sécurité comme la détection d’objets dans l’angle mort, l’alerte de circulation transversale et le suivi de voie. Ça permet également d’avoir le régulateur de vitesse adaptatif. Heureusement, la caméra de recul est incluse dans l’équipement de série et elle a la qualité de ne jamais se salir. En effet, elle est installée sous le logo VW arrière, qui ne s’ouvre que lorsque vous reculez. La caméra est donc toujours propre. 

Le moteur de la Volkswagen Golf Alltrack 2018 est le 4-cylindres turbo de 1,8 litre jumelé à la boite automatique DSG à 6 rapports. Il y a aussi une boîte manuelle, mais disons qu’il ne faut pas se priver de cocher l’option de cette boite DSG. DSG, c’est pour Direct Shift Gearbox, une boite automatique parmi les meilleures sur le marché. Les changements de rapport sont doux et rapides. Même le mode manuel qui ne m’intéresse pas habituellement m’accroche toujours le sourire quand je l’utilise avec cette boite. Les changements sont tellement rapides que c’est une surprise de voir l’aiguille du tachymètre littéralement tomber d’un coup lorsqu’on passe les rapports manuellement. Quant à la suspension et à la direction, elles rendent la conduite très agréable et en douceur. 

Cette Volkswagen Golf Alltrack 2018 est vraiment un beau véhicule dans la jungle automobile actuelle. Elle est unique et elle permettra à plusieurs petites familles d’éviter de s’acheter un VUS. Son défaut majeur est évidemment les places arrière un peu justes, mais elle a tellement de qualités que vous oublierez probablement ce problème. 

Modèle essayé : Volkswagen Golf Alltrack 2018 
Consommation selon Ressources naturelles Canada : 
Ville – 10,7 L/100 km 
Route – 8,0 L/100 km 
Consommation affichée : 8,3 L/100 km 

Venez visiter notre page AutoOpinion pour lire plus d'essais!

Photo : Volkswagen
Photo : Volkswagen
Photo : Volkswagen