Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volkswagen Golf TDI 5 portes Highline 2011 : essai routier

Volkswagen Golf TDI 5 portes Highline 2011 : essai routier

Finis les préjugés! Par ,

Je l’avoue, j’ai un peu de difficulté à me contenter d’une boîte de vitesse automatique. Pas sur toutes les voitures, bien entendu, puisque certaines d’entre elles l’acceptent fort bien. Mais quand on m’a dit que je conduirais la VW Golf TDI durant une semaine, et que j’ai aperçu le levier de vitesse automatique, j’ai eu un petit frisson.

La Golf TDI a bien quelques faiblesses, quand même la Golf en version TDI, a su conserver le charme qui la distingue depuis sa naissance. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Moi-même ancien propriétaire de ce genre de petite voiture, je me voyais mal au volant de la sportive allemande, sans pouvoir effectuer les changements de rapports. Et comme beaucoup de conducteurs, j’ai un peu de préjugés contre la sonorité du diesel, j’anticipais une longue et pas nécessairement aussi agréable que je l’aurais souhaité, semaine.

Quelques jours plus tard, je changeais d’avis. Je n’ai pas perdu totalement mon envie de contrôler mes changements de vitesse, j’ai pourtant appris à apprécier le moteur diesel, et à me laisser surfer sur la vague des changements automatiques.

Indémodable
Le style de la Golf, qu’elle soit à motorisation diesel ou autrement, ne change pas, ou presque. En fait, elle constitue probablement un des plus beaux exemples de design indémodable. En modifiant ici et là quelques éléments, on réussit à créer un style qui attire encore aujourd’hui les regards et les sourires d’approbation.

Quant à l’habitacle, il reste sobre et sans reproche…. sans grand éclat non plus. Les matériaux y sont corrects, la qualité de finition bien que remarquable, risque fort de nous ennuyer si on ne se contente que du look.

En revanche, la Golf offre une position de conduite que bien peu de voitures proposent. Les sièges sont enveloppants, et soutiennent toutes les parties de notre corps, du moins celles qui doivent l’être! Même la prise en main du volant nous donne l’impression de conduire une monoplace… et je sais de quoi je parle! En fait, comme pour presque toutes les Volkswagen, le pilote semble ne faire qu’un avec la voiture.

Sans compter l’ergonomie, simple quoique efficace, qui nous permet d’avoir à portée de main toutes les commandes nécessaires quasiment sans tourner la tête.

Enfin, difficile de ne pas mentionner le dégagement pour la tête que l’on a gardé spacieux grâce à une ligne de toit surélevée, les designers de Volkswagen évitant autant que possible les lignes de toit abaissées, du moins pour la Golf, comme la mode le demande aujourd’hui. Cela contribue à améliorer davantage l’accès et la place dans le compartiment de rangement.

L’ergonomie, simple quoique efficace, nous permet d’avoir à portée de main toutes les commandes nécessaires quasiment sans tourner la tête. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)