Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volkswagen GTI 2010 : essai routier

Volkswagen GTI 2010 : essai routier

Ils l'ont encore fait Par ,

Britney Spears chante « Oops!... I did it again ». Et bien, ce fut probablement la musique de fond pour les ingénieurs de Wolfsburg, quand ils ont élaboré la sixième génération de la mythique GTI.

L’arrivée de la version 2010, pousse encore un peu plus loin ce que l’on adorait déjà des anciennes versions. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

Volkswagen a, encore une fois, réussi le tour de force de produire l’une des voitures les plus agréables à conduire pour un prix somme toute raisonnable. La GTI, tout comme son penchant économique la Golf, demeure une lente évolution des générations précédentes. Distinction oblige, le style GTI est reconnaissable, particulièrement avec les deux lignes rouges de la calandre propres à la voiture depuis 1974.

Faire d’une voiture sport une familiale
La mission de la GTI fut toujours assez simple. Avoir de très bonnes performances dans un format pratique et un prix digeste pour un grand nombre de personnes. Après tout c’est quand même la voiture du peuple, mais du peuple qui aime conduire.

Les habitués de la marque ne seront pas étonnés de voir la nouvelle planche de bord. La finition ne se prête à aucun reproche, en fait on est très près des standards Audi en matière d’ajustement des pièces et d’ergonomie.

La sobriété se perpétue avec un style sans grande originalité, mais aussi due à l’omniprésence des matériaux noirs qui habillent l’habitacle. L’exception des appliques de chrome et de la possibilité d’avoir des sièges carrelés à la mode des années 70 met un peu de vie dans l’ensemble.

La signature des petits détails se transpose sur le volant avec de nombreuses commandes à l’utilisation intuitive. L’ordinateur de bord nous transmet un nombre intéressant d’informations sans surcharger l’écran. Limitant les commandes, Volkswagen introduit des molettes de climatisation multifonctionnelle qui contrôlent la température des sièges et de l’habitacle.

Tout fut élaboré en fonction du plus grand agrément de conduite. Les sièges Recaro offrent un soutien exemplaire en plus de se régler dans toutes les directions. Il est donc impossible de ne pas prendre ses aises à bord. Le volant sport à base plate se prend bien en main avec un boudin de bon diamètre. La constitution de la position de conduite est faite pour que l’agrément de conduite soit au maximum.

En plus de bénéficier d’une bonne hauteur de pavillon et d’un dégagement pour la tête en conséquence, l’espace intérieur étonne. Le volume du coffre ne constitue pas le point fort de la GTI, mais ce détail ne surprend personne puisqu’il s’agit d’une voiture à l’arrière tronquée et à hayon. Techniquement un choix que l’on assume quand on se procure une GTI.

La finition ne se prête à aucun reproche, en fait on est très près des standards Audi. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)