Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volkswagen GTI 5 portes 2011 : essai routier

Volkswagen GTI 5 portes 2011 : essai routier

La Panamera des pauvres? Par ,

Tout au long de mon essai routier de la Volkswagen GTI 2011, j'ai échangé avec plusieurs d'entre vous sur Twitter, notamment pour savoir si on pouvait la qualifier de «Panamera des pauvres». Il s'agit après tout de deux bolides de performance allemands qui proposent une boîte de vitesses à double embrayage et un accès à l'habitacle facilité par quatre portières. Leur prix, par contre, diffère énormément.

La GTI a été rafraîchie pour l'année-modèle 2010, alors ne cherchez pas de gros changements pour 2011; la voiture n'en avait pas besoin. En version cinq portes (quatre + un hayon), elle demeure une sportive hautement pratique qui stimule autant les sens des amateurs de performance que ceux des travailleurs de semaine à la recherche de polyvalence et d'économie.

La GTI a été rafraîchie pour l'année-modèle 2010, alors ne cherchez pas de gros changements pour 2011; la voiture n'en avait pas besoin. (Photo: Rob Rothwell/Auto123.com)

Je le sais parce que ma douce moitié s'en est servi un matin pour faire des emplettes et, en rentrant à la maison, elle n'en revenait pas de voir à quel point la GTI se montre puissante et agile. Bon, il faut dire qu'elle conduit habituellement un Land Rover Discovery, alors peut-être qu'elle trouverait aussi le moyen de vanter la sportivité d'une Yugo. Sérieusement, ses commentaires validaient ce que j'ai toujours dit et écrit à propos de la GTI : cette machine inspire et excite tous ceux qui ont la chance d'agripper son volant en cuir.

Une athlète choyée
Le groupe motopropulseur constitue le cœur et l'âme d'une automobile. Dans le cas de l'athlétique Volks, on parle d'un fougueux moteur turbocompressé à quatre cylindres de 2,0 litres. Muni d'un échangeur thermique et d'un système d'injection directe, celui-ci transmet aux roues avant une puissance de 200 chevaux à 5100 tours/minute et un couple de 207 livres-pied dès 1700 tours/minute. C'est justement cette boule d'énergie à bas régime qui fait sourire tout conducteur, par exemple en décollant d'un feu de circulation.

Évidemment, le moteur est bien appuyé, en l'occurrence par une boîte à six rapports à passage direct (DSG). Ce type de technologie à double embrayage devient de plus en plus populaire auprès des conducteurs et un nombre grandissant de produits Volkswagen en font usage. Grosso modo, deux boîtes de vitesses occupent un même boîtier. Le prochain rapport se trouve toujours pré-engagé, ce qui assure des passages ultra rapides et sans perte de puissance comme avec les boîtes automatiques conventionnelles.

Le moteur turbocompressé à quatre cylindres de 2,0 litres transmet aux roues avant une puissance de 200 chevaux à 5100 tours/minute. (Photo: Rob Rothwell/Auto123.com)