Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volkswagen Passat CC 2.0T TSI Highline 2009 : essai routier

Volkswagen Passat CC 2.0T TSI Highline 2009 : essai routier

Une berline déguisée en coupé Par ,

S’il existait une émission du type «Extreme Makeover» pour les automobiles, la Volkswagen Passat CC 2009 serait certainement l’amélioration la plus frappante. En effet, comparée à la berline Passat assez conservatrice dont elle est dérivée, cette nouvelle version CC (non pas coupé-cabriolet mais bien «coupé confort») se veut un merveilleux exemple de l’art du design automobile moderne.

La nouvelle version CC se veut un merveilleux exemple de l’art du design automobile moderne.

A+ pour le style
Le fait que Volkswagen, une compagnie réputée pour son manque d’audace en matière de design, ait produit une voiture à quatre portes capable de susciter un intérêt visuel semblable à des marques de luxe telles que BMW et Mercedes-Benz, constitue un revirement majeur dans sa longue histoire. Un survol des lignes et surtout du profil, couronné par une arche de toit gracieuse, nous donne une image résolument atypique de Volkswagen en termes de prestance et d’originalité. Chapeau aux stylistes!

Même son de cloche à l’intérieur, où la Passat CC charme dès le premier instant. Malheureusement, le dégagement pour la tête aux places arrière est limité par cette même ligne de toit que j’admire tant. Mais bon, tant pis pour ceux qui abîmeront leur belle coiffure à l’arrière -- ils ou elles auraient dû avoir la clairvoyance de s’asseoir à l’avant.

Outre l’espace, il y a la visibilité. En prenant place dans la première rangée, on profite d’une meilleure vue sur la route. Ceci dit, l’inclinaison prononcée du toit a affecté la taille des vitres latérales et les manœuvres de stationnement s’en trouvent plus compliquées. Au moins, on s’en sort grâce aux larges rétroviseurs extérieurs.

Quatre (non pas cinq) superbes sièges
Autant l’extérieur est séduisant, autant l’habitacle est soigneusement et solidement assemblé, comme le veut la mode allemande. Les sièges sport enveloppants garnis de cuir (optionnels) de mon modèle d’essai offraient un généreux support, notamment sous la forme d’appuis latéraux accentués. Au-delà de leurs contours, j’ai beaucoup aimé leur finition, soit un revêtement de couleur charbon avec des coutures blanches contrastantes.

Il faut toutefois préciser que la convivialité de l’intérieur a été en quelque sorte sacrifiée au profit du style. Je veux dire par là que la CC accueille seulement deux personnes à l’arrière au lieu de trois, indépendamment de leur gabarit. Voyez-vous, on y retrouve non pas une banquette mais bien deux sièges sport individuels séparés par un panneau coulissant qui cache des porte-gobelets et un petit rangement. Dieu merci, les dossiers sont rabattables (dans une proportion de 60/40) afin d’accroître le volume de chargement.

Deux sièges sport individuels sont séparés par un panneau qui cache des porte-gobelets et un petit rangement.