Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Volvo C30 2.4i 2008 : essai routier

Volvo C30 2.4i 2008 : essai routier

Une compacte alléchante Par ,

Une compacte alléchante

Autrefois, les produits Volvo étaient l'apanage des professeurs d'université et autres intellos. La fiabilité de ces voitures aux allures austères aguichait les consommateurs cartésiens bien plus que l'évocation de noms comme Challenger et Camaro.

Aujourd'hui, l'époque de ces Volvo « carrées » est révolue. Avant la reprise de la marque par Ford, en 1999, le constructeur suédois avait déjà tenté d'élargir sa diffusion auprès d'un public plus diversifié et, surtout, mieux nanti.

Cette C30 se veut une alternative aux voitures pour gens « branchés ».

Le constructeur avait pris la décision, à tort ou à raison, d'aligner sa gamme de produits sur des marques comme BMW, Audi et Mercedes-Benz. Car on ne transforme pas du jour au lendemain une voiture populaire en produit de prestige.

Recherche petite suédoise
Pour éviter un séjour trop long dans les limbes qui séparent deux créneaux aussi différents que les voitures populaires et les voitures de luxe, Volvo devait miser sur des voitures qualifiées d'abordables : le duo S40/V50 (et sa génération antérieure) d'abord, puis maintenant, la petite C30.

Or, cette C30 se veut une alternative aux voitures pour gens « branchés », comme la MINI Cooper S, la Volkswagen New Beetle et la GTI. Mais ne nous méprenons pas : ce n'est pas une nouvelle « voiture du peuple ». Avec un prix de départ de plus de 27 000 $, la plus petite Volvo n'est pas à la portée de toutes les bourses.

Deux versions figurent au catalogue de la marque. La 2.4i, celle que nous avons conduite, est le modèle de base. Elle dispose d'un 5-cylindres atmosphérique de 2,4 litres. Ce moteur, monté en position longitudinale, produit 168 chevaux et sert également aux Volvo S40 et V50. La C30 T5, par ailleurs, est animée par un 5-cylindres turbo de 2,5 litres fort de 227 chevaux. C'est une version nourrie aux stéroïdes.

Boîte manuelle précise
Notre modèle d'essai était muni de la boîte de vitesses manuelle à 5 rapports montée de série sur la C30 atmosphérique. Elle a des rapports bien étagés, un levier dont le mouvement est précis et un embrayage souple dont l'action est facile à doser. En outre, une boîte automatique Geartronic à mode séquentiel peut se substituer à la manuelle contre un supplément de 1500 $.

Durant nos essais, notre C30 s'est montrée plutôt gourmande. Sa consommation moyenne de carburant sur environ 1000 kilomètres parcourus en janvier au Québec a atteint 12,4 litres aux 100 kilomètres. Heureusement que son moteur se satisfait de carburant régulier.

La C30 dispose d'un moteur à 5-cylindres atmosphérique de 2,4 litres.