Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

À quoi ressemblera l’Avenir de Buick?

À quoi ressemblera l’Avenir de Buick?

Plus de luxe et de dynamisme Par ,

Il n’y a pas si longtemps, plusieurs observateurs ne donnaient pas cher de Buick. Malgré le fait qu’elle ait été la toute première marque ayant servi à la création de General Motors au début du 20e siècle, ils avaient noté que les consommateurs les plus jeunes avaient commencé à se désintéresser des produits de Buick. Pourtant, quelque 10 ou 15 ans auparavant, les Buick gagnaient des courses de NASCAR, de circuit routier et d’accélération! C’était une marque active et attrayante!

De l’Amérique à la Chine
Ironiquement, alors que Buick déclinait en Amérique, la marque connaissait toute une popularité en Chine, un pays qui commençait à s’ouvrir au commerce privé. Il faut dire que, pour les Chinois, la marque Buick a toujours eu une réputation enviable. Les Chinois les plus fortunés ou ayant les plus beaux postes politiques ou administratifs roulaient en Buick, et ce, depuis des décennies. Buick produisait même des autos et des fourgonnettes au design unique pour le marché chinois dans les usines de Shanghai GM (aujourd’hui SAIC-GM). 

En Amérique, Buick semblait perdue avec ses voitures issues d’autres produits alors que la concurrence se lançait dans l’aventure des VUS et VUM. Il y a bien eu les Rendezvous et les Rainier, mais leur impact a été négligeable. C’est en mai 2007 que Buick a lancé le premier VUS (ou VUM, c’est selon) qui lui était propre : l’Enclave. Ce véhicule moderne à traction avant ou intégrale capable d’accepter 7 personnes à son bord allait non seulement donner naissance à d’autres versions chez GM, dont le GMC Acadia (redessiné en plus petit en 2017), le Saturn Outlook (qui est disparu en même temps que la marque lors de la restructuration de GM) et le Chevrolet Traverse (redessiné pour 2018), mais aussi redorer le blason de Buick. 

Pour l’Enclave, ce fut un succès instantané qui allait raviver la marque. Entretemps, Buick a continué de produire des voitures, dont la grande LaCrosse, l’intermédiaire Regal (basée sur l’Opel allemande) et, plus récemment, la Verano, une petite berline basée sur la Chevrolet Cruze. Malheureusement, cette dernière, si populaire au Canada, a été mal reçue aux États-Unis et elle ne sera pas reconduite en 2018. C’est une autre histoire pour le petit VUS Encore de Buick qui, dès son lancement en 2013, a connu un vif succès à la grande surprise de plusieurs journalistes qui ne prévoyaient pas que les consommateurs américains aimeraient un si petit véhicule. L’Encore est basé sur l’Opel Mokka, lui-même basé sur un petit VUS construit par GM Corée que nous connaissons sous le nom du Chevrolet Trax. 

Plus récemment, Buick ajoutait un cabriolet à son portfolio, le Cascada (basé sur un produit Opel mais non commercialisé au Canada) et dévoilait, au Salon de l’auto de New York, une gamme Regal complètement redessinée incluant une berline avec hayon et une familiale sportive appelée TourX (deux modèles basés sur des Opel Insignia). La seconde ne sera curieusement pas disponible au Canada même si l’on reconnaît déjà que les Américains ne sont pas friands de familiales alors que les Canadiens en raffolent. Selon Mike Speranzini, le directeur de la marque chez GM du Canada présent au lancement de l’Enclave, c’est une question de choix puisque la croissance chez nous se ferait plus au niveau des VUS. Toutefois, il faut spécifier que la nouvelle berline Regal avec hayon affichera un volume de chargement au moins 2 fois plus vaste que la Regal ordinaire.* Enfin, nous apprenions tout récemment que le marché chinois aura droit sous peu à une version berline de cette Buick et à la Velite 5, une Buick électrique basée sur la Chevrolet Volt. 

Le retour de l’Enclave
Il y a quelques années, Buick a réussi à relancer la version originale de l’Enclave en la retouchant légèrement. Cependant, le modèle retenant sa caisse originale commençait à se faire vieux et il était grand temps de le rafraîchir. Buick a donc profité du Salon de l’auto de New York du printemps 2017 pour dévoiler une toute nouvelle version de l’Enclave

Avant de lever le voile sur le nouvel Enclave, Duncan Aldred, vice-président mondial de Buick et de GMC, a tenu à souligner que Buick était la 4e marque de luxe en importance au niveau des ventes aux États-Unis, dépassant les Audi, INFINITI, Lincoln et Acura de ce monde. Il a même ajouté que les ventes mondiales de la marque excédaient les 1,4 million d’unités en 2016. Aldred a de plus vanté le fait que Buick possède les modèles les plus « frais » de l’industrie (ses plus anciens ont moins de 21 mois de production). Toujours selon le même directeur, Buick se classe parmi les 3 premiers constructeurs en Amérique pour la fiabilité, une information qu’il tient de Consumer Report, alors que J.D. Power place la marque en première position pour la satisfaction des clients en 2016.

Voici donc le tout nouvel Enclave complètement redessiné. Le Buick Enclave 2018 repose sur une toute nouvelle architecture (qu’il partage en grande partie avec le Chevrolet Traverse récemment dévoilé). Celle-ci permet une réduction de poids de 400 livres tout en ajoutant plus d’espace intérieur (10 %), surtout pour les passagers de la 3e rangée qui auront plus de dégagement pour leurs jambes. Côté design, la caisse est légèrement plus basse et plus longue. Malgré que son empattement soit allongé, on nous dit que le rayon de braquage a été raccourci. 

Sous le capot se cache le plus récent V6 de 3,6 litres de GM, maintenant reconnu pour son économie de carburant et son efficacité. La puissance annoncée est de 302 chevaux, gérée par une nouvelle boîte automatique à 9 rapports. D’abord offert à traction avant, l’Enclave 2018 propose aussi un système de traction intégrale dit « intelligent » (qui peut répartir le couple entre les roues arrière). Buick proclame également une capacité de remorquage de 5 000 livres. 

L’intérieur a bien sûr été redessiné, gardant toujours en tête le thème principal de Buick, soit le « luxe abordable ». Notons que le constructeur propose maintenant un ioniseur d’air qui aide à conserver l’air intérieur propre et sans odeur, sans devoir remplacer des filtres.  

L’Avenir avec un grand « A »
Les annonces ne s’arrêtent pas là. En effet, Duncan Aldred a aussi profité de ce lancement pour dévoiler la nouvelle sous-marque Avenir de Buick, dont l’Enclave en sera le premier bénéficiaire. Spécifiant d’abord qu’il ne s’agit pas d’une suite à l’étude de style Avenir dévoilée il y a 2 ans, le directeur de Buick nous a expliqué qu’Avenir incarnera la plus haute expression du luxe au sein de la marque. Après tout, 90 % des acheteurs de Buick choisissent des modèles des 2 plus hauts niveaux de finition. L’idée est de se distinguer des autres marques qui présentent des VUS plus ostentatoires et plus axés sur les capacités hors route. Buick préfère se concentrer sur le style et le confort dans la vie de tous les jours. 

Incidemment, la finition Avenir a été « testée » en Chine alors qu’il existe une version Avenir de la fourgonnette GL8 (un modèle unique à ce pays) depuis l’automne dernier et que, selon le constructeur, elle connaît un grand succès. D’autre part, plus d’un observateur ont mentionné que Duncan Aldred est aussi le vice-président international de GMC, l’autre marque de General Motors qui a su se distinguer par une finition plus poussée de ses camionnettes, Denali.

Le tout nouveau Buick Enclave 2018 (incluant la version Avenir) arrivera chez les concessionnaires cet automne. C’est à ce moment que nous en saurons plus sur les prix et sur les autres véhicules qui afficheront l’écusson Avenir dans le futur.  

*Note : malgré le fait que la faction allemande de General Motors, Opel, ait été vendue au groupe français PSA (Peugeot Citroën), Mark Reuss, président de General Motors d’Amérique, a souligné que cette transaction ne voulait pas dire que la collaboration entre Buick et Opel était terminée. Il y aura d’autres Buick issues d’Opel à venir…