Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chronique hérétique

Chronique hérétique

Par ,

(Petite observation que j'ai toujours trouvé drôle et pertinente. Elle me vient d'un copain. Pensez-y. Il me dit un jour, comme ça; « Tu sais quoi ? » « Non » . Lui dis-je. Il me répondit alors «Tu sais quoi ? Écoute ceci; Qui que l'on soit, quels que soit notre âge, notre origine, nos idées ou notre point de vue, nous trouverons toujours que ceux qui conduisent moins vite que nous sont des cons et que ceux qui conduisent plus vite que nous sont des fous.)

Mmmh... Matière à réflexion...

Aujourd'hui, j'ai l'intention de me confesser. Ce n'est pas facile; je dois piler sur mon orgueil, mais le temps est venu pour moi de faire face à mon destin. Voyez-vous, je suis un hérétique. Malgré le fait que notre religion me dicte clairement la conduite que je dois adopter, j'ai décidé de la défier. Je ne peux plus rester silencieux. Et c'est en toute connaissance de cause que j'assumerai les conséquences qui y sont attachées.

Vive la révolution !

Bien sûr, j'ai été longtemps un adepte, un fervent apôtre même, des préceptes à la base de notre religion automobile. En effet, tout comme la majorité des gens, j'ai suivi pendant des années toutes les directives traditionnelles, non écrites, inhérentes à notre territoire et à nos coutumes. Je me suis conformé aux commandements routiers que vous connaissez sûrement tous et suivez vous-même la plupart du temps.

Revenons sur ces commandements. Quels sont-ils ?

- Tu pourras rouler plus vite que la limite de vitesse permise par la loi.
- Tu ne tiendras pas compte des voies réservées (gauche, centre, droite).
- Tu resteras collé de trop près au véhicule qui te précède.
- Tu pourras faire toutes sortes de choses en même temps que tu conduis.

...et il y en a sûrement d'autres que j'oublie.

Je me confesse...

Dans le passé, j'ai été un délinquant de la route. Il m'est arrivé en de nombreuses occasions d'excéder les limites de vitesse. Je peux même dire que j'ai été ce que d'aucuns appellent « Un fou du volant ».

J'ai grandi dans une famille avec un père, des cousins et des oncles qui aimaient les voitures puissantes et qui prenaient plaisir à rouler vite. Mon père a possédé une Ford Galaxie 500 édition 7 litres. Cette voiture avait la particularité d'avoir été équipée du puissant moteur de la Shelby Cobra dans cette version 5 passagers. Inutile de dire qu'il s'amusait à accepter les invitations d'autres automobilistes à courser aux feux de circulation, avec moi à bord, naturellement.

Mon oncle Fernand, qui me gardait quand j'étais tout jeune, a possédé une Oldsmobile 442 et une Plymouth Duster 340 jaune banane. Et lui aussi s'amusait, lors de nos ballades, à faire de la vitesse, tel un jeu. Et je l'avoue, à mon plus grand plaisir.

Mes deux cousins, Marcel et Richard , ont possédé des Mustang, Datsun 240, 260, 280 et autres qu'ils conduisaient aussi de cette façon. Bref, ces gens m'ont donné le goût de la vitesse et j'ai suivi leur exemple.

Dès mes 16 ans, je me suis retrouvé au volant de l'ancienne voiture de mon père, une gigantesque Oldsmobile Delta 88 1972 possédant un moteur de 455 po3 et 4 barils.
Cette auto, étonnamment puissante et rapide pour sa grosseur, était incroyablement gloutonne. Imaginez, travaillant alors comme étudiant pour une compagnie pétrolière qui me donnait un rabais sur l'essence, j'ai dû la vendre parce qu'elle me coûtait trop cher en essence !...et nous étions en 1980 !