Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Coronavirus : Donald Trump ordonne à GM de fabriquer des respirateurs… puis louange ses efforts

Vendredi dernier, le président américain Donald Trump a ordonné à General Motors (GM) de fabriquer des respirateurs pour les patients atteints du coronavirus en invoquant le Defense Protection Act (DPA). Cette loi donne au locataire de la Maison-Blanche d’énormes pouvoirs sur l’industrie. Elle lui permet en fait de lui dicter la marche à suivre afin de répondre à des besoins criants.

Au cours des derniers jours, le président refusait d’avoir recours à cette mesure expliquant que des entreprises, dont GM, s’étaient manifestées pour fabriquer les équipements nécessaires requis par les intervenants. D’ailleurs, GM a déjà commencé à fabriquer des respirateurs dans certaines de ses usines, le tout en partenariat avec la firme Ventec Life Systems Inc.

Toutefois, la patience du président envers GM a semblé s’épuiser vendredi. Il a assailli la société et sa dirigeante, Mary Barra, avec une série de gazouillis à travers lesquels il a accusé la compagnie d’avancer lentement et d’exiger un prix trop élevé pour ses ventilateurs.

On ne sait pas très bien ce qui a provoqué ces attaques qui ont pris GM et un peu tout le monde par surprise.

« Nos négociations avec GM concernant sa capacité à fournir des ventilateurs ont été productives, mais notre lutte contre le virus est trop urgente pour jouer le jeu des négociations contractuelles », a déclaré le président. « GM a perdu du temps ».

Quelques heures avant ses tweets, Donald Trump a déclaré dans une interview sur Fox News que les entreprises — y compris GM — réagissaient de manière appropriée à l’épidémie de coronavirus.

Quelqu’un de surpris ?

Auto123 lance Shopicar ! Tous les modèles de l’année et toutes les promotions en cours.

Un peu plus d’une heure après le premier microbillet de Donald Trump, GM et Ventec ont annoncé qu’ils allaient construire des respirateurs dans l’usine de pièces automobiles de Kokomo, dans l’Indiana. Ils travaillent d’ailleurs 24 heures sur 24 depuis une semaine pour la convertir.

Joe Biden, l’adversaire probable de Trump lors des élections de novembre prochain, avait demandé à Trump d’invoquer le DPA plus tôt. « C’est une très bonne nouvelle », a déclaré Biden vendredi après la déclaration de Trump. « Nous suggérions qu’il le fasse depuis plus d’un mois, mais je félicite le fait qu’il l’ait fait ».

Dimanche, le président Trump avait une fois de plus changé de ton par rapport à l'approche de GM, déclarant que « General Motors fait un travail fantastique. Je pense que nous n'avons plus à nous inquiéter pour eux ».

De nombreux gouverneurs américains se sont plaints de ne pas pouvoir obtenir suffisamment de respirateurs, de masques et même de fournitures médicales de base comme des gants et des blouses. C’est notamment le cas de celui de l’état de New York, Andrew Cuomo, l’un des critiques les plus volubiles de la gestion de la crise par l’administration Trump, et ce, depuis le début.

En bout de piste, au-delà des partisanneries politiques, ce qui compte, c’est la production desdits respirateurs qui sont en très forte demande qui compte, entre autres du côté de l’état de New York où l’on anticipe un sommet important des cas d’ici deux à trois semaines.