Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Charlie Whiting explique l'interdiction de mi-saison

F1: Charlie Whiting explique l'interdiction de mi-saison

Par ,

D'après GMM

Charlie Whiting a nié vendredi que l'interdiction des échappements soufflants dès la mi-saison était une façon déguisée de mettre un frein à la domination des Red Bull et ainsi d'augmenter l'intérêt de la saison 2011 de F1.

« Je suis conscient de ce qui a été dit et écrit à ce sujet, mais, pour être parfaitement honnête avec vous, cette décision n'avait rien de politique », a déclaré le délégué technique de la FIA à Valence.

« C'est une intervention 100% technique de notre part et je suis tout à fait confortable avec cette décision », a-t-il ajouté.

Christian Honer, Adrian Newey et les pilotes de la RB7 ont tous laissé entendre que cette interdiction de mi-saison avait en grande partie pour but de mettre fin à la domination de l'écurie Red Bull.

La grande distinction, selon Whiting, entre le F-duct et les doubles diffuseurs, qui avaient été bannis à partir de la saison suivante seulement, est que ces derniers étaient une interprétation ambitieuse du règlement sportif en place alors que ces échappements, eux, sont purement et simplement illégaux.

« Nous ne faisons qu'empêcher les équipes de briser des règles déjà existantes. Nous n'en créons pas de nouvelles comme elles le laissent entendre », a-t-il expliqué.

« Les pilotes ont le droit de changer des composantes qu'ils sont en mesure de changer à partir d'un simple bouton, sur leur volant, par exemple », a-t-il ajouté, précisant qu'une connection entre un ordinateur portable et une voiture pour ajuster les réglages est maintenant illégale.

Le patron Mercedes Ross Brawn soutient Whiting en plus d'insister pour dire que cette interdiction formelle a sûrement empêché certaines équipes de porter plainte.

« Ces plaintes n'auraient pas été très bonnes pour la F1 », a expliqué Brawn.

« Les commissaires auraient probablement eu du mal à résoudre cette question et il y aurait appel de la décision finale en cour et tout ça. Ça n'aurait vraiment rien de bon."