Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Les fournisseurs de pneus avaient peur pour leur image

F1: Les fournisseurs de pneus avaient peur pour leur image

Par ,

D'après GMM

Pirelli était le bon choix à partir de 2011, car les autres fabricants de pneus ne voulaient pas jouer le jeu de créer du spectacle en Formule Un.

C'est ce qu'indique Bernie Ecclestone, qui a remercié récemment le fournisseur italien pour avoir bien voulu produire un pneu qui se dégrade rapidement.

« Seul Pirelli voulait le faire et nous devons les en remercier. C'était courageux et le spectacle est meilleur. Michelin et Bridgestone avaient refusé de fabriquer de tels pneus, car ils avaient peur pour leur image », explique Bernie Ecclestone au journal suisse Blick.

Le Britannique affirme que « 90 pour cent » du spectacle en 2011 est grâce à Pirelli : « L'effet de l'aileron arrière mobile n'est pas totalement clair, et le KERS n'a jamais été considéré comme une aide au dépassement mais plutôt comme un message pour l'extérieur ».

Photo: Pirelli


Bernie Ecclestone admet volontiers ne pas être un fan de l'apparence « verte » de la F1 : « Certains ont le KERS, d'autres non, et ceux qui l'ont ont dépensé plus de 15 millions de dollars alors que nous voulons réduire les coûts. Une somme d'argent colossale a été dépensée et personne ne sait pourquoi. Si c'était voulu pour les dépassements, nous aurions pu le faire comme en série A1, en appuyant sur un bouton pour quelques centaines de dollars ».

Le grand argentier de la F1 ajoute : « La technologie environnementale est bonne pour les GT. C'est là que ça prend tout son sens, car les voitures que l'on voit sur circuit sont les mêmes que l'on voit dans les rues ».

« Et puis comparativement à d'autres sport, la F1 n'est pas si mauvaise. Le Tour de France brûle bien plus d'essence que nous, pensez simplement à toute la caravane du Tour. Tous les spectateurs qui viennent sur l'événement consomment beaucoup d'essence aussi, mais essayez de dire à un organisateur qu'il devrait vendre 10 pour cent de plus de billets », s'amuse à dire Bernie Ecclestone.